Monde

Aucun président américain n'a fait la guerre aussi longtemps qu'Obama

Temps de lecture : 2 min

Huit années de guerres ininterrompues.

Barack Obama lors d'un discours prononcé au lendemain de la mort de Christopher Stevens, le 12 septembre 2012. Isaac Brekken / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.
Barack Obama lors d'un discours prononcé au lendemain de la mort de Christopher Stevens, le 12 septembre 2012. Isaac Brekken / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.

Il était le candidat qui voulait mettre fin à la guerre en Irak et pourtant, jamais un président américain n'a été en guerre aussi longtemps. Le New York Times revient sur les huit années de présidence Obama et indique que «si les États-Unis restent au combat en Afghanistan, Irak et Syrie jusqu'à la fin de son mandat [...] il deviendra de façon assez improbable le seul président dans l'histoire du pays à accomplir deux mandats entiers à la tête d'un pays en guerre». Franklin D. Roosevelt, Lyndon Johnson, Richard Nixon ou encore Abraham Lincoln ne peuvent pas en dire autant.

Une carte de The Atlantic fait d'ailleurs le point sur tous les théâtres des interventions militaires américaines, aujourd'hui.

En plus de la guerre en Afghanistan, les auteurs ont pris en compte les guerres menées par les drones au Pakistan, en Somalie et au Yémen, la lutte contre Daech en Irak et en Syrie, ainsi que deux autres «missions de conseils et d'assistance», au Cameroun contre Boko Haram, et en Ouganda, contre la LRA de Joseph Kony.

Pourtant Obama était loin de se présenter comme un va-t-en-guerre lors de la campagne présidentielle américain 2008. The Atlantic rappelle que sa campagne était basée sur la promesse d'une fin de la guerre en Irak et celle de mener correctement la guerre en Afghanistan.

«Lors de sa première adresse inaugurale, il avait également promis une politique étrangère qui s'appuierait plus sur la diplomatie et mois sur l'armée.»

Mais comme le rappelle, le New York Times, Barack Obama avait vite fait le deuil de toutes ces volontés:

«Barack Obama a reconnu rapidement la contradiction entre son message de campagne et la réalité à laquelle il faisait face une fois à la tête du pays. Quand il accepté le Prix Nobel de la paix, en décembre 2009, il a déclaré que l'humanité devait réconcilier "deux vérités en apparence irréconciliables —que la guerre est parfois nécessaire, et qu'elle est aussi, à un certain niveau, l'expression de la folie humaine".»

Si le président américain a considérablement réduit le nombre de troupes au sol, il a aussi largement développé le programme de drones. Résultat, conclut The Atlantic, si Obama ne cherchait pas à terrasser de nouveaux dragons à son arrivée à la Maison Blanche, huit ans après, «les dragons sont toujours là, mais ceux qui les chassent ont désormais tendance à opérer dans les airs —ou dans l'ombre».

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters