Économie

Après l’obsolescence programmée, voici l’obsolescence «connectée»

Temps de lecture : 2 min

Dès le 15 mai, les utilisateurs de la centrale domotique Revolv verront leur produit désactivé.

The happy castoff | Loozrboy via Flickr CC License by
The happy castoff | Loozrboy via Flickr CC License by

Des machines à laver qui pètent quelques semaines après la garantie expirée, des ampoules qui se mettent à griller bien plus vite que celles que vous achetiez jusqu’alors, des iPods pas très résistants. Vous avez sans doute déjà expérimenté ou entendu parler de l’«obsolescence programmée».

On désigne par là le plus souvent les «défauts fonctionnels» intentionnellement placés par le fabricant, pour inciter les consommateurs à racheter plus vite les mêmes produits. En France, cette pratique est désormais interdite par la loi.

Mais il y a d’autres types d'obsolescence, moins connus. Par exemple, l’obsolescence pour «incompatibilité», lorsqu’un logiciel acheté n’est plus compatible avec le nouvel ordinateur acquis, ou que l’absence de support pour ce produit rend son utilisation plus difficile. «L’Apple Watch Hermès ne pourra jamais afficher une durée de vie supérieure à l’une de ses concurrentes mécaniques», explique Stratégies.

«Nous devons fermer le service»

Dernière variante en date, et plus autoritaire encore: l’obsolescence «connectée» (ou «imposée»), lorsqu’un objet est tout bonnement déconnecté à distance par le vendeur.

C’est la désagréable surprise qu’auront demain, dimanche 15 mai 2016, tous les possesseurs d’une centrale de contrôle pour maison connectée de marque Revolv. La firme qui fabrique ce produit a été rachetée par Google, et Revolv ne fait tout simplement pas partie des projets de la nouvelle entité. Elle a donc annoncé il y a un mois qu’elle allait mettre hors-service tous les appareils à distance, comme l’a repéré Numerama:

«Hélas, cela veut dire que nous ne pouvons plus allouer des ressources à Revolv et nous devons fermer le service», explique l’entreprise.

De quoi énerver bon nombre d’utilisateurs de Revolv...

Newsletters

Bercy

Bercy

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

En se prononçant pour la construction de nouveaux réacteurs, Macron remet le sujet à l'ordre du jour. À droite, c'est clairement oui, à gauche, c'est plutôt non, avec plus ou moins de clarté.

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

Une marque a besoin de trouver un équilibre économique, pas forcément de devenir leader d'un marché.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio