Sciences

VIDÉO. John Oliver s’attaque aux études scientifiques bidon

Temps de lecture : 2 min

Attention chéri, ça va trancher.

Les études scientifiques sont parfois très, très louches. Le 8 mai, John Oliver s’est donc attaqué aux études scientifiques qui pullulent dans nos flux Facebook, dans le cadre de son émission Last Week Tonight. Pendant vingt minutes, le présentateur britannique a dénoncé toutes ces études bidon, et rappelé pourquoi elles sont si nombreuses à passer pour de vraies études scientifiques:

«Aujourd’hui, le café est un peu comme Dieu dans l’Ancien Testament. Il va vous sauver ou vous tuer, selon le point auquel vous croyez en ses pouvoirs magiques. [...] Les scientifiques eux-mêmes savent qu’il ne faut pas donner trop d’importance aux études en tant que telles. En tout cas, pas avant de les replacer dans un contexte beaucoup plus large, avec tous les travaux rendus dans un champ particulier.»

Dans tout cela, les médias ont également leur part de responsabilité, comme dans l’histoire de la cité maya découverte puis perdue. C’est d’ailleurs ce que souligne Slate.com: «Le problème est que les résultats ne sont pas toujours sexys et les médias préfèrent les titres flashys et faciles plutôt que des titres nuancés et imparfaits de professionnels. Et, bien sûr, si vous préférez la science avec un peu moins de –eh bien– science, Oliver a une solution pour vous également.» À découvrir à la fin de la vidéo.

Slate.fr

Newsletters

Le placenta ne protège pas le fœtus de la pollution

Le placenta ne protège pas le fœtus de la pollution

L'organe n'est pas la barrière infranchissable que l'on croyait.

Près de 92 % de la population étudiante est plus concentrée en lisant sur papier

Près de 92 % de la population étudiante est plus concentrée en lisant sur papier

Ce support est propice aux annotations.

«Je vais souvent voir son profil pour revoir son visage»

«Je vais souvent voir son profil pour revoir son visage»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Nora, une jeune femme heureuse en ménage dont l'ex vient de se manifester via les réseaux sociaux.

Newsletters