FranceHistoire

Ce que voulait vraiment dire Churchill avec son «La démocratie est le pire des systèmes...»

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 12.05.2016 à 10 h 17

Le discours du dirigeant britannique est plus complexe que ne le laissent entendre ceux qui utilisent sa phrase, comme Manuel Valls.

Winston Churchill / Via Wikimedia Commons.

Winston Churchill / Via Wikimedia Commons.

«La démocratie est le pire des systèmes, à l'exclusion de tous les autres.» Signé Winston Churchill, cet aphorisme est un des plus inusables du débat politique. Manuel Valls s'en est resservi, mercredi 11 mai, dans un échange étonnant avec... le compte Twitter de la série de Netflix House of Cards:

«@manuelvalls La démocratie, c'est tellement surfait #LoiTravail #49al3
[email protected] Cher Frank, la démocratie est la pire forme de gouvernement, à l'exclusion de tous les autres ;) Ne l'oubliez jamais!»

La citation est très connue, son contexte méconnu. Quand Winston Churchill prononce cette phrase, il n'est pas, comme on pourrait le croire, le dirigeant tout-puissant d'une démocratie britannique qui a gagné la Seconde Guerre mondiale face aux dictatures, mais un leader déchu: il la lance en effet le 11 novembre 1947 à la Chambre des communes alors qu'il n'est plus «que» leader de l'opposition, après avoir été, à la surprise générale, largement battu lors des législatives de juillet 1945 par le travailliste Clement Attlee. Il reproche alors à un gouvernement qui s'enfonce dans l'impopularité de chercher à diminuer les droits du Parlement en amenuisant le pouvoir de veto de la Chambre des Lords, la deuxième Chambre du Parlement:

«Comment l'honorable gentleman conçoit-il la démocratie? Laissez-moi la lui expliquer, M. le président, ou au moins certain de ses éléments les plus basiques. La démocratie n'est pas un lieu où ou obtient un mandat déterminé sur des promesses, puis où on en fait ce qu'on veut. Nous estimons qu'il devrait y avoir une relation constante entre les dirigeants et le peuple. "Le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple": voilà qui reste la définition souveraine de la démocratie. [...] Démocratie, dois-je expliquer au ministre, ne signifie pas "Nous avons notre majorité, peu importe comment, et nous avons notre bail pour cinq ans, qu'allons-nous donc en faire?". Cela n'est pas la démocratie, c'est seulement du petit baratin partisan, qui ne va pas jusqu'à la masse des habitants de ce pays.

 

[...]

 

Ce n'est pas le Parlement qui doit régner; c'est le peuple qui doit régner à travers le Parlement.

 

[...]

 

Beaucoup de formes de gouvernement ont été testées, et seront testées dans ce monde de péché et de malheur. Personne ne prétend que la démocratie est parfaite ou omnisciente. En effet, on a pu dire qu'elle était la pire forme de gouvernement à l'exception de toutes celles qui ont été essayées au fil du temps; mais il existe le sentiment, largement partagé dans notre pays, que le peuple doit être souverain, souverain de façon continue, et que l'opinion publique, exprimée par tous les moyens constitutionnels, devrait façonner, guider et contrôler les actions de ministres qui en sont les serviteurs et non les maîtres.

 

[...]

 

Un groupe d'hommes qui a le contrôle de la machine et une majorité parlementaire a sans aucun doute le pouvoir de proposer ce qu'il veut sans le moindre égard pour le fait que le peuple l'apprécie ou non, ou la moindre référence à sa présence dans son programme de campagne.

 

[...]

 

Le parti adverse doit-il vraiment être autorisé à faire adopter des lois affectant le caractère même de ce pays dans les dernières années de ce Parlement sans aucun appel au droit de vote du peuple, qui l'a placé là où il est? Non, Monsieur, la démocratie dit: "Non, mille fois non. Vous n'avez pas le droit de faire passer, dans la dernière phase d'une législature, des lois qui ne sont pas acceptées ni désirées par la majorité populaire. [...]»

Bien sûr, le discours de Churchill, qui cherche ici à la fois à défendre les droits de la Chambre des lords (héréditaire) et du peuple britannique (pour qui il réclame des élections anticipées), n'est pas exempt d'opportunisme. Bien sûr, tout cela ne nous dit pas ce qu'il penserait de l'article 49 alinéa 3 de la Constitution ou de la loi El Khomri.

Mais cela nous rappelle en tout cas que le contexte des «grandes phrases» historiques est souvent plus compliqué que ce que laisse voir une simple formule frappante et qui sonne bien. Quant au «V sign» de la victoire utilisé par Manuel Valls dans son tweet, rappelons par ailleurs qu'il a une deuxième signification, celle d'une insulte, selon l'orientation qui est donnée à la paume de la main.

Article mis à jour le jeudi 12 mai à 10h15: une première version affirmait par erreur que House of Cards est une série HBO alors qu'il s'agit d'une série Netflix.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte