Sciences / Boire & manger

Une espèce végétale sur cinq est menacée d’extinction

Temps de lecture : 2 min

Si 20% des plantes sont menacées de disparition, plus de 2.000 nouvelles espèces ont été découvertes en 2015.

Il existe aujourd’hui 390.000 espèces de plantes connues | Dziunka DBK via Flickr CC License by

D’après un rapport global sur l’état de la flore de la planète, publié par les scientifiques des jardins botaniques royaux de Kew et accompagné d’un site dédié, il existe aujourd’hui 390.000 espèces de plantes connues, dont 31.000 sont utilisées par les humains. Mais un cinquième des espèces végétales mondiales sont menacées d’extinction.

Les conséquences pourraient peser principalement sur nos médicaments et le contenu de nos assiettes. En effet, parmi les espèces à usage connu, 17.800 sont utilisées pour soigner et 5.500 servent à l’alimentation. 1.400 ont des «usages sociaux», comme le tabac par exemple.

«Fondamentales pour l’humanité»

Kathy Willis, directrice scientifique des Jardins de Kew, affirme au Guardian que «les plantes sont absolument fondamentales pour l’humanité. […] Les plantes nous offrent tout, la nourriture, le carburant, les médicaments, le bois, et elles sont incroyablement importantes dans la régulation du climat. Sans les plantes, nous ne serions pas ici».

D’après la scientifique, il faut donc «faire le point et réexaminer nos priorités et nos efforts». Les facteurs qui menacent les espèces végétales sont l’agriculture (31%), l’exploitation des ressources naturelles (21%), surtout pour le bois, la construction de bâtiments et d’infrastructures (13%), les maladies, la pollution, les espèces envahissantes ou encore le changement climatique (qui constitue pour le moment 4% des menaces mais la part de cette cause est susceptible de croître).

Défi alimentaire

Le rapport constate cependant aussi qu’environ 2.000 nouvelles espèces de plantes sont découvertes chaque année. Ce qui suscite des espoirs de nouvelles sources d’aliments résistants à la maladie et au changement climatique, comme l’explique Kathy Willis:

«Je trouve cela vraiment très encourageant et excitant. Nous trouvons encore de nouvelles espèces d’arbres, de nouvelles espèces d’aliments: par exemple, cinq nouvelles espèces d’oignons ont été découvertes [en 2015]. […] Il y a d’immenses régions du monde où nous ne savons simplement pas ce qui est en train de pousser. Elles pourraient détenir la clé de l’avenir de l’alimentation. La diversité génétique dans nos assiettes est de plus en plus pauvre.»

Selon le rapport, «il y a urgence à trouver et conserver les espèces sauvages», face au défi alimentaire que constitue l’augmentation rapide de la taille de la population. Ainsi, «avoir accès à cet ensemble génétique vaste et diversifié est essentiel» pour cultiver des plantes résistantes et «soutenir la sécurité alimentaire mondiale».

Newsletters

La compensation carbone est-elle un colonialisme vert?

La compensation carbone est-elle un colonialisme vert?

Indispensable au financement du développement durable, ce mécanisme est aussi très critiqué.

La pollution atmosphérique pourrait être à l'origine de cancers du cerveau 

La pollution atmosphérique pourrait être à l'origine de cancers du cerveau 

Une nouvelle étude canadienne fait pour la première fois le lien entre les nanoparticules toxiques et la maladie.

Trump va limiter l'utilisation de la science au ministère de l'environnement

Trump va limiter l'utilisation de la science au ministère de l'environnement

De nouvelles règles empêcheront certaines recherches scientifiques d'être utilisées pour guider la législation anti-pollution.

Newsletters