Monde

Donald Trump refuse de condamner ses supporters néonazis

Temps de lecture : 2 min

Un journaliste a demandé au favori républicain s’il condamnait ses fans antisémites. Mais le candidat a esquivé la question.

Donald Trump lors d’un meeting de campagne à Eugene, dans l’Oregon, le 6 mai 2016 | Rob Kerr/AFP
Donald Trump lors d’un meeting de campagne à Eugene, dans l’Oregon, le 6 mai 2016 | Rob Kerr/AFP

Depuis le début de sa campagne, le candidat républicain Donald Trump a une position ambiguë à l’égard de ses supporters racistes et antisémites. Ses promesses d’expulser des millions d’immigrés illégaux et d’interdire les musulmans sur le territoire américain ont eu des échos très favorables chez les nationalistes blancs et les néonazis. Et si Trump a déclaré en décembre 2015 qu’il était «la personne la moins raciste que vous ayez jamais recontrée», il refuse souvent de condamner l’intolérance parmi ses fans.

Fin avril, Julia Ioffe, une journaliste qui avait écrit un article sur Melania Trump, la femme de Donald, a fait l’objet d’insultes antisémites et de menaces de mort venant de supporters de Trump. Le site néonazi Daily Stormer avait en effet encouragé les fans du candidat à harceler la journaliste, qui est juive. Les lecteurs et supporters de Trump ont aussitôt posté des caricatures antisémites violentes ainsi que des images photosphoppées de la journaliste où on la voit revêtue d’un uniforme de camp de concentration avec une étoile jaune.

Quelques jours après ce déferlement de haine, Trump a été interviewé sur la chaîne CNN, où le journaliste Wolf Blitzer lui a demandé s’il avait un message pour ces fans antisémites. Il aurait été facile pour le milliardaire de dire qu’il condamnait ce genre d’attaques haineuses. Au lieu de cela, il a expliqué qu’il avait entendu dire que l’article de Julia Ioffe était inexact et méchant et que sa femme était quelqu’un d’extraordinaire et qu’elle ne devrait pas être critiquée dans la presse.

Le journaliste de CNN a insisté et lui a demandé ce qu’il pensait de «ces menaces de mort antisémites»: «Oh je ne suis pas du tout au courant de ça. Vous voulez dire mes fans?» De nouveau, le journaliste a demandé s’il avait un message pour eux et Trump a répondu: «Je n’ai pas de message pour les fans... Une femme a écrit un article plein d’inexactitudes.»

Silence

Comme le souligne le site Media Matters, cette absence de condamnation a été très appréciée dans les milieux suprémacistes blancs. Après l’interview, le rédacteur en chef du site néonazi Daily Stormer a écrit un texte intitulé «Le glorieux leader Donald Trump refuse de dénoncer l’armée des trolls de Stormer», dans laquel il se félicite du silence du candidat républicain. Après quelques insultes antisémites contre Wolf Blitzer, il écrit:

«Nous sommes ses supporters les plus ardents. Nous serons sur le terrain pour le faire élire.»

Déjà, en février, Trump avait été très vaseux quant au soutien qu’il avait reçu de la part de David Duke, un ancien leader du Ku Klux Klan. Un journaliste lui avait demandé s’il condamnait ce militant néonazi et Trump avait répondu:

«Je ne connais pas David Duke. Je ne sais rien des suprémacistes blancs. Vous me posez une question et je suis censé parler de gens que je ne connais pas.»

Il avait toutefois fini par prendre ses distances dès le mois de mars et par condamner, début mai, l’antisémitisme de David Duke dans un communiqué. Reste que, dans ses interviews, il fait toujours aussi attention à ne pas trop chagriner les extrémistes qui le soutiennent.

Slate.fr

Newsletters

Canicule aux États-Unis: des services de police demandent aux criminels d'attendre un peu avant de reprendre leurs activités

Canicule aux États-Unis: des services de police demandent aux criminels d'attendre un peu avant de reprendre leurs activités

Une partie du pays est touchée par une très forte vague de chaleur.

VIDEO. Une incroyable session de plongée entre deux plaques tectoniques

VIDEO. Une incroyable session de plongée entre deux plaques tectoniques

Wow...

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Victoire de Novak Djokovic à Wimbledon, manifestations à Jérusalem et enterrement de migrants morts au large de la Tunisie... La semaine du 13 juillet en images.

Newsletters