Double XFrance

Comment #NuitDebout gère les agressions sexuelles et le sexisme en son sein

Aude Lorriaux, mis à jour le 08.05.2016 à 10 h 38

À Nuit Debout comme ailleurs, les femmes se font agresser, insulter, emmerder. Remarques sexistes et mains aux fesses sont monnaie courante. La commission Féminismes lutte depuis des semaines pour imposer des bonnes pratiques et chasser les relous.

L'accueil de Nuit Debout le 3 mai. PHILIPPE LOPEZ / AFP

L'accueil de Nuit Debout le 3 mai. PHILIPPE LOPEZ / AFP

Déséquilibre de la parole en faveur des hommes, remarques sexistes, mains aux fesses, agressions sexuelles en tous genre: sur la place de la République, les militantes féministes du mouvement Nuit Debout se battent quotidiennement contre cette violence. Nuit Debout n’est pas un repère de prédateurs sexuels, et la place de la République n’est pas la place Tahrir en Egypte. Mais, comme dans tout lieu public, comme dans le métro où toutes les femmes ont subi du harcèlement sexuel, les participantes sont régulièrement confrontées à la misogynie. 

Nuit Debout est face à ses contradictions, celles d’un mouvement de gauche progressiste, au sein duquel des commissions féministes sont actives, mais qui n’abrite pas moins de nombreux actes sexistes.

Dans le rapport à la parole: les commissions non mixtes sont décriées, mais il a fallu presque un mois pour que dans les lieux mixtes soit acté le principe d’une parité dans les prises de parole, pas encore totalement atteinte dans les faits, selon plusieurs observateurs actifs du mouvement. 


Il arrive que des insultes fusent. Ludivine raconte par exemple cette anecdote, d’un «antifa» qui la prend à partie. «Il a fini par me dire qu’il allait "me baiser", que j’étais une "mal-baisée"».

Dans la violence physique: une militante explique à Slate.fr avoir dû se battre contre un homme «se collant à (elle) de tout son corps», une autre se souvient d’un type «mimant ostensiblement une fellation» qui est ensuite «parti en se marrant». Les mains aux fesses dans le noir sont monnaie courante, comme l’ont vécu Simone, étudiante (nous avons changé son prénom) ou Fatima Benomar, cofondatrice du collectif Les effronté-e-s, qui participent toutes les deux à la «commission Féminismes» qui squatte la place depuis plusieurs semaines.

Fatima Benomar se souvient également d’un homme ayant plongé brutalement les mains dans ses longs cheveux bouclés, en criant «j’adôre vos cheveux». «Dès que le soir commence à tomber, ça s’alcoolise et cela se mélange entre la population de Nuit Debout et d’autres personnes qui ne connaissent pas les fondamentaux du mouvement», regrette-t-elle.

Au moins un viol a aussi été évoqué: plusieurs personnes interrogées par Slate.fr en ont entendu le récit lors d’une réunion non-mixte de la commission Féminismes, et leurs témoignages concordent. Le récit de ce viol est par ailleurs relaté dans deux posts du blog de la commission Féminismes, dont l’un a été supprimé. Ainsi que dans un article du site Reporterre.

Un compte-rendu officiel de Commission féministe mixte du lundi «25 avril / 56 mars» note aussi:

Nous avons reparlé des viols à République et élargi le débat afin de se questionner sur "Est-ce normal d’appeler "bon-sens" le fait de rentrer chez soi à minuit, le fait de faire attention à comment l’on s’habille et à comment on se comporte? " Sur la place de la république, comme ailleurs, nous nous autocensurons afin de ne pas "avoir de problèmes" mais nous réclamons le droit de pouvoir agir en toute liberté à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit sans avoir peur de se faire agresser.

La prefecture de police n’a pour sa part reçu aucune plainte de viol relative à Nuit Debout.

Triste banalité

Nuit Debout n’est ni plus ni moins patriarcal que le reste de la société dans laquelle nous vivons

Lisa

Les victimes d’agressions contactées par Slate.fr insistent pour la plupart pour rappeler, à leur grand dam, le caractère tristement «banal» des agressions sexuelles et remarques sexistes sur la place. Répondant à un appel à témoignages lancé par nos soins sur Twitter, Laura raconte que des «gamins de 16/17 piges» l’ont accostée, et sont vite devenus «un peu trop tactiles à son goût»: «L’un d’entre eux m’a agrippée en mode "tu me fais un bisou", j’ai dû le dégager vite fait. A ce moment là il y avait énormément de monde, donc c’est pas très étonnant de tomber sur des énergumènes du genre dans le lot. Et c’est arrivé d’autres fois que des relous m’accostent mais ça c’est pas bien différent d’autres manifs», explique-t-elle. «Nuit Debout n’est ni plus ni moins patriarcal que le reste de la société dans laquelle nous vivons», explique Lisa (son prénom a été modifié).

Les chiffres sont connus: en France, 16% des femmes et 5% des hommes déclarent avoir subi des viols ou des tentatives de viols au cours de leur vie, selon l’enquête Contexte de la sexualité en France. Une femme de moins de 20 ans sur 10 déclare avoir été agressée sexuellement au cours de sa vie, révèle aussi cette enquête. Et selon le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, 100% des femmes ont été victimes, au moins une fois dans leur vie, de harcèlement dans les transports en commun.

«Ça relève du harcèlement de rue et malheureusement, c’est le genre de choses qui m’arrive régulièrement depuis mes 13 ans, comme à plein d’autres femmes», se désole Camille. Tous les mouvements sociaux ont connu leur lot de violences sexistes, rappelle Caroline de Haas, fondatrice d’Osez le féminisme. «Il n’y a aucune raison que ce soit différent à Nuit Debout, sauf si le mouvement en fait une priorité», dit-elle.

«Le viol est un crime et un fait social qui concerne toutes les classes sociales, tous les lieux, privés ou publics: du foyer familial au lieu de travail, il n’épargne pas les mouvements sociaux», reconnaît un communiqué commun des commissions «Féminismes» et «Accueil et sérénité» de Nuit Debout, publié dans la nuit du 6 au 7 mai.

Le panneau indiquant le lieu de la commission Féminismes, place de la République à Paris | Alexis Patri/Slate.fr

Louison, une femme du MLF violée

Pour les trois historiennes du féminisme que nous avons contactées, Françoise PicqChristine Bard et Michelle Zancarini-Fournel, il est clair que les acteurs des mouvements sociaux antérieurs, comme ceux du Front populaire et plus tard des luttes des années 1970, étaient beaucoup moins conscients de ces enjeux que ne le sont les mouvements actuels. «Il y a eu une vraie maturation de la question du harcèlement», estime Christine Bard, qui explique aussi que ces témoignages soient beaucoup plus nombreux aujourd’hui.

Pour autant, et même si ces problèmes étaient moins visibles par le passé, Mai 68 et ses épigones ont été confrontés aux même «contradictions», rappelle Françoise Picq. En mai-juin 1968, un tract distribué lors d’un meeting appelait les étudiants du mouvement à «respecter les femmes», donne-t-elle comme exemple.

Un cas emblématique illustre les réticences des militants de ces années-là à faire droit aux revendications des femmes, lorsqu’elles pouvaient ternir le mouvement. Celui de Louison, jeune femme du Mouvement de libération des femmes (MLF) violée par un «camarade» militant, par ailleurs travailleur immigré, au début des années 1970. Immédiatement après avoir dénoncé cet homme, les cadres du mouvement lui disent de se taire, lui reprochent de vouloir nuire à la lutte et lui opposent les réactions racistes qu’une telle affaire risquerait d’engendrer, raconte Françoise Picq. Il a fallu un article signé de sa main dans le journal Libération et le soutien du pilosophe Jean-Paul Sartre, qui décide de reproduire le texte dans sa revue, Les temps modernes, pour que la «honte change de camp».

Lenteurs et déni

Nuit Debout n’a pas échappé à ces contradictions, qui ont fait ramer les militantes féministes pendant les premières semaines pour que leurs revendications soient prises en compte. Car non seulement il fallait lutter contre la violence sexiste, mais il fallait aussi lutter contre les craintes éprouvées à l’intérieur du mouvement que les révélations ne décrédibilisent ou ne ternissent le mouvement.

Lorsque des militantes de Nuit Debout essaient au début de pointer ces déséquilibres, les réactions sont souvent sur la défensive. On leur répond que le mouvement est «pressé» et que les femmes ne sont «pas candidates» - plutôt que de chercher à comprendre pourquoi elles ne le sont pas et de se retrousser les manches pour résoudre ce problème.

Les femmes du mouvement ont aussi été confrontées au déni après avoir raconté leurs agressions sexuelles, ou à des personnes les mettant en garde contre les dégâts que pourraient occasionner de telles révélations. «Et, aussitôt, comme à chaque fois (COMME A CHAQUE FOIS) un homme est intervenu pour dire qu’il n’avait pas constaté ce genre de comportements et que ça n’était pas l’esprit de Nuit Debout»,  raconte la blogueuse Crepe Georgette, après avoir assisté à des témoignages de femmes racontant avoir été victimes d’agressions sexuelles sur la place de la République, à Paris.

«Et c’est à gorge ployée que je ris quand cette même femme dénonce en AG ce dont elle a été victime et que le débat qui s’ensuit se focalise sur "la mauvaise image que cela pourrait donner du mouvement’, ne valant alors pas mieux que ce mec qui, entre deux hématomes, musèle sa compagne d’un atomique ‘crie moins fort, les voisins vont t’entendre!" », ironise une autre Laura sur le blog des Féministes debout, dans un «coup de gueule» remarqué qui dénonce ces agressions et la gestion qu’en a fait le mouvement.

«Je me suis sentie discriminée»

Écrivaine, Alina Reyes explique dans un billet sur The Conversation s’être heurtée au silence de la commission médias de Nuit Debout après avoir recherché des explications sur les rumeurs de viols qu’elle avait entendues. «Ils n’ont jamais répondu. La Gazette Debout m’a seulement objecté par mail qu’il fallait réfléchir à ne pas nuire au mouvement», nous précise-t-elle. La réponse de Gazette Debout (journal indépendant de Nuit Debout), que nous nous sommes procurée, est plus nuancée: «Gazette Debout doit refléter le mouvement, tant pour le positif que les trucs moches» dit un email. Mais cet email met aussi en garde sur l’absence de «sources fiables» concernant les viols, car cela peut être «repris par les médias, la police», craignant donc une déstabilisation du mouvement.

Alina Reyes note aussi une différence de traitements entre hommes et femmes dans ce journal de Nuit Debout:

«Je me suis sentie discriminée en tant que femme le jour où j’ai donné un texte à la Gazette Debout et qu’elle l’a publié sans aucune présentation de l’auteure (moi, donc), alors que quelques jours plus tôt un texte de Mouloud Akkouche avait été introduit avec tous les égards, présentation de l’auteur, liens vers son blog et son Twitter…»

Ambiance phallocrate

«Il y a eu une ambiance assez phallocrate dans les premières semaines, comme on en voit dans les mouvements sociaux», en convient Fatima Benomar. La commission Féminismes dont elle fait partie a dû batailler pour s’imposer comme une commission structurelle et importante du mouvement. Régulièrement, raconte Cédric Schönwald, critique d’art et auteur d’un autre billet coup de gueule (éliminé depuis du blog Féministes debout) sur ces contradictions, la commission Féminismes était tout bonnement effacée des commissions dites structurelles de l’outil collaboratif général du mouvement, qui comporte les compte-rendus de toutes les commissions.

Ces tensions entre la commission Féminismes et les autres commissions ont parfois mené à des incompréhensions et des déchirements. Plusieurs sources nous expliquent par exemple qu’un membre de la commission «Accueil et sérénité» (chargée de la sécurité sur la place) avait affirmé que ses camarades s’apprêtaient à aller voir les femmes de la place, pour leur demander de ne pas laisser leurs amies seules si elles ont trop bu, et le message a vite été transformé. Circulant de réunion en réunion, il est devenu par un bouche à oreille déformant un conseil «incitant les femmes à ne pas boire», notamment sur le blog des Féministes debout

«Quand, pour lutter contre ces violences sexistes, certains membres actifs du mouvement se contentent d’une initiative que ne manquerait probablement pas de saluer la police Hongroise, à savoir aller conseiller aux meufs de ne pas trop boire et de ne pas rester seules pour "éviter de se faire violer", c’est jaune que je ris, jaune comme la couleur de ceux qui trahissent leur cause», critique-t-elle.

Cela réveille les douleurs des femmes trop habituées à ce qu’on les infantilise et les culpabilise au lieu de sanctionner les hommes.

Ruffin et Lordon peu sensibles au féminisme

Beaucoup de militantes et militants jugent aussi que François Ruffin et Frédéric Lordon, deux figures importantes du mouvement, ne sont pas vraiment sensibles à la cause féministe. «Ruffin considère le féminisme comme un truc de petit bourgeois…», affirme un journaliste qui a travaillé à ses côtés, au journal Fakir. «Les éléments de langage des deux fers de lance du mouvement, François Ruffin et Frédéric Lordon, sont étrangement exempts de toute considération féministe, alors même que leurs discours sont empreints d’une indéniable ferveur sociale d’ambition révolutionnaire», constate, amer, Cédric Schönwald.

Des participants plus attentifs

Il n’empêche: malgré tous ces obstacles, le mouvement avance, et une prise de conscience de plus en plus grande se fait jour au sein de la place. «Après quelques jours de résistance, quelques grands moments de phallocratie, des interrogations, des remises en question et plusieurs réflexions communes, un dialogue s’est enfin instauré entre la commission ‘Féminismes’ et d’autres commissions structurelles et thématiques», se réjouit Fatima Benomar dans une tribune. «Le féminisme a dû batailler pour y asseoir sa légitimité mais le travail entre les commissions commence à porter ses fruits», constate aussi Lisa.

En témoignent, selon plusieurs militantes, les réactions beaucoup plus systématiques des participants lorsqu’une femme est agressée ou insultée sur la place. Simone, militante, constate une réelle «convergence avec les luttes féministes sur la place»: «C’est plus facile de militer en tant que féministe à République qu’ailleurs. Le jour où on est parti chanter contre le harceleur, beaucoup de gens nous ont applaudi, ils nous soutenaient. Les gens ne pensent pas au féminisme tout de suite, mais au bout d’un moment ils commencent à y penser tous seuls, et ajoutent le patriarcat à la lutte sociale ou anti-raciste». «Il y a encore des agressions mais les gens réagissent davantage», juge Emilie.

En témoignent aussi les communiqués de presse du mouvement, rédigés désormais sytématiquement selon les règles de la rédaction épicène (ex: militant.e.s). «Je n’ai jamais vu un mouvement social qui féminisait autant le langage», se félicite Simone.

Les progrès devraient continuer: les vendeurs d’alcool ont été priés de se mettre à l’écart par la commission Accueil et sérénité. Et de multiples actions ont été décidées les 29 et 31 avril: des «sessions de théâtre forum dédiés à la lutte contre les agressions sexuelles»; des supports de communication antisexistes; ou encore la distribution de sifflets aux femmes et de pistolets à eau avec de la peinture «pour marquer les harceleurs et les violeurs»

«Mettre fin à ces manifestations du patriarcat nécessitera une modification profonde aussi bien des mentalités individuelles que des structures de notre société», estime le communiqué publié par Nuit Debout, qui «condamne sans ambiguïté» ces agressions.

Aude Lorriaux
Aude Lorriaux (226 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte