Monde / Société

Ce village espagnol change son nom antisémite... et devient la cible de l’extrême droite

Temps de lecture : 2 min

Castrillo Mota de Judíos, petite commune du nord de l’Espagne, a vécu sa sixième affaire de vandalisme depuis son changement de nom en 2014.

Graffitis antisémites sur le panneau d’entrée du village Castrillo Mota de Judíos

Parfois, le rapprochement des cultures ne plaît pas à tout le monde. Dans la nuit du 1er au 2 mai 2016, des tags antisémites ont été disséminés dans le village de Castrillo Mota de Judíos (littéralement Castrillo colline des juifs), situé dans le nord de l’Espagne, notamment sur les panneaux d’entrée et de sortie de la commune.

«Antisémitisme: des graffitis antisémites apparaissent à Castrillo Mota de Judíos»

C’est la sixième fois qu’elle fait l’objet de dégradations de ce genre depuis son changement de nom en 2014, officiel le 23 octobre 2015, comme le rapporte El Confidencial. Cette année-là, les soixante habitants décident d’abandonner par référendum l’appellation Castrillo Matajudíos (Castrillo «tue les juifs»), héritée d’un pogrom au XIe siècle, pour Castrillo Mota de Judíos.

Panneau à l’entrée de Castrillo Mota de Judíos avant son changement de nom en 2014 |
CESAR MANSO/AFP

«Ce sont des gens extérieurs au village qui ont fait ça. Ils appartiennent à des groupes extrémistes et ne respectent pas la volonté du peuple», explique à El Mundo Lorenzo Rodríguez, le maire de la commune.

L’élu se bat depuis sa prise de fonction en 2007 pour mettre en valeur l’héritage juif de Castrillo Mota de Judíos. Il a déjà prévu un centre d’interprétation séfarade, la restauration d’une ancienne synagogue et un voyage de jumelage en Israël avec la commune de Kfar Vradim.

«La majorité des gens ici sont des retraités et cela les choque beaucoup, s’indigne Lorenzo Rodríguez. Un si petit village ne mérite pas autant de violence mais nous allons continuer à aller de l’avant.» Pour l’heure, il faudra déjà racheter des panneaux routiers.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 28 novembre au 4 décembre 2020

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 28 novembre au 4 décembre 2020

Conflit au Tigré, autorisation au Royaume-Uni du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19 et transfert de réfugiés rohingyas sur une île potentiellement inondable du Bangladesh... La semaine du 28 novembre au 4 décembre 2020 en images.

Un mystérieux monolithe californien détruit par des jeunes d'extrême droite

Un mystérieux monolithe californien détruit par des jeunes d'extrême droite

Après l'avoir saccagé, les individus ont remplacé l'obélisque par une croix en bois.

Le Royaume-Uni, premier pays européen à interdire l'exportation d'animaux vivants

Le Royaume-Uni, premier pays européen à interdire l'exportation d'animaux vivants

La nouvelle loi permettra aux Britanniques de s'affirmer en tant que leaders mondiaux en matière de bien-être animal.

Newsletters