Monde

Les réfugiés syriens au Canada aident les évacués de Fort McMurray

Temps de lecture : 2 min

Ceux qui ont fui la guerre en Syrie se sentent particulièrement proches des Canadiens qui ont tout perdu dans l'incendie.

Une jeune fille et sa mère dans le centre de Lac La Biche, qui accueille les évacués de l'incendie de Fort McMurray, le 5 mai 2016 I Cole Burston/AFP
Une jeune fille et sa mère dans le centre de Lac La Biche, qui accueille les évacués de l'incendie de Fort McMurray, le 5 mai 2016 I Cole Burston/AFP

«Nous avons traversé la même chose, nous avons tout perdu en une seconde.» Quand Rita Khanchet, une Syrienne réfugiée au Canada depuis cinq mois, a vu aux informations les dégâts causés par l’incendie de Fort McMurray, elle s’est dit que les habitants évacués devaient ressentir la même tristesse que lorsqu’elle a dû quitter son pays et tout laisser derrière elle. Elle a donc décidé d’aider ces Canadiens en détresse, avec l’appui de toute sa communauté.

Selon le quotidien local Calgary Herald, certains réfugiés donnent des meubles et des vêtements qu’ils ont eux-mêmes reçus de la part de Canadiens à leur arrivée. «C’est incroyable, il faut comprendre à quel point ils ont peu», explique Saima Jamal, cofondateur du groupe Syrian Refugee Support.

«C’est à notre tour»

Rita Khanchet appelle tous les réfugiés qui le peuvent à donner 5 dollars. Avec sa famille, elle récolte ces sommes pour acheter des produits d’hygiène aux dizaines de milliers de personnes évacuées. Elle explique au sujet des Canadiens qu’«ils ont fait beaucoup pour rendre notre nouvelle vie facile. Maintenant, c’est à notre tour».

Le mouvement a débuté quand elle a posté un appel à la mobilisation sur un groupe Facebook privé des nouveaux arrivants de sa commune de Calgary, à plus de 600 kilomètres des lieux ravagés par l’incendie. D’autres membres l’ont traduit en anglais et rapidement diffusé sur des groupes publics locaux et nationaux, créant cet émouvant mouvement de solidarité.

Newsletters

Affirmant qu'elle n'aurait jamais dû naître, une femme gagne un procès contre son médecin

Affirmant qu'elle n'aurait jamais dû naître, une femme gagne un procès contre son médecin

Elle recevra plusieurs millions d’euros de dommages et intérêts.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 27 novembre au 3 décembre

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 27 novembre au 3 décembre

Entrée de Joséphine Baker au Panthéon, carnaval sénégalais, manifestations pour l'indépendance de la Papouasie... La semaine du 27 novembre au 3 décembre 2021 en images.

Faut-il avoir peur de la libération de virus pathogènes avec la fonte de l'Antarctique?

Faut-il avoir peur de la libération de virus pathogènes avec la fonte de l'Antarctique?

Plusieurs micro-organismes préhistoriques découverts sont résistants aux antibiotiques.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio