Sciences

Voici pourquoi certains finissent avec des partenaires bien «plus attirants»

Temps de lecture : 2 min

Mieux on se connait avant de se mettre en couple, moins le physique compte.

Extrait du film «Shrek».
Extrait du film «Shrek».

Dans le monde des séries télé, c’est un schéma très établi. Fin février, le site Vulture expliquait que, dans de très nombreuses séries romantiques ou montrant des couples, le personnage masculin est montré comme étant «moins attirant» que sa partenaire féminine. Qui ne s’est jamais demandé comment la belle Marge Simpson a pu tomber amoureuse de son mari Homer?

Ce schéma se retrouve parfois dans la vraie vie. Et quand on ne le pense pas soi-même, il arrive que des proches lancent pour s'amuser, mais rarement de façon innocente: «Elle/il mérite mieux que toi». Le Washington Post, qui s’est penché sur ce sujet délicat, explique sur son site qu’on «nous dit souvent que la vraie beauté est intérieure, mais le fait d’être considéré comme beau ou belle fait partie des caractéristiques les plus recherchées chez un partenaire romantique».

Le quotidien américain indique que, selon la théorie basique de la compétition, on cherche normalement à rencontrer quelqu’un le plus attirant possible, mais que nos propres critères, devenus restrictifs, nous poussent vers des personnes qui nous sont plus similaires. Mais certaines théories tentent aussi d’expliquer ces couples qui, a priori, sortent de l’ordinaire. Ils ont même un nom scientifique: au début du XXe siècle, les chercheurs ont commencé à parler d'«appariement assortatif».

Être ami avant d'être en couple permet de briser le schéma habituel

Ainsi, l’année dernière, une étude américaine a montré que les couples hétérosexuels qui étaient amis avant de sortir ensemble étaient plus à même d’avoir un niveau d’attractivité différent. Pour obtenir ces résultats, les chercheurs de l’université du Texas et de Northwestern ont demandé à 167 couples hétérosexuels s’ils étaient amis avant et à d’autres personnes extérieures de noter leur attractivité.

«En général, la corrélation entre les notes d’attractivité des femmes et des hommes sont relativement élevés, écrit le journal, et ceux qui ce sont rencontrés et ont commencé à sortir ensemble dans le mois qui a suivi ont des niveaux d’attractivité similaires. Mais plus les couples se connaissent longtemps avant de commencer à sortir ensemble, et moins ils avaient des notes d’attractivité similaires.»

Et si par le passé les études étaient contradictoires, cette fois-ci, il semblerait qu’il n’y a pas de corrélation entre les similarités d’attractivité et la satisfaction de couple.

Les chercheurs estiment que cela montre que les personnes apprennent à se connaître d’abord, chacun découvre des caractéristiques qui, in fine, influenceront leur désirabilité. «Dans un contexte qui permet aux gens de développer des opinions divergentes sur les particularités positives et négatives de chacun, le piège traditionnel du marché s’effondre, ce qui permet aux gens de chercher des partenaires sur un autre niveau.»

Malheureusement, des données montrent que ce type de couple est de moins en moins courant. Le site Priceonomics parlait de la mort de ces couples en mentionnant des rencontres qui ne dépendent plus de notre entourage mais de plus en plus de rencontres en ligne, où le physique joue énormément dans l’attirance entre deux personnes.

Slate.fr

Newsletters

Sapin de Noël naturel ou artificiel, lequel est le plus écoresponsable?

Sapin de Noël naturel ou artificiel, lequel est le plus écoresponsable?

Si vous n'avez pas prévu de vous trimballer un sapin en plastique pendant 20 ans, prenez-en un naturel.

Les girafes rejoignent la liste des espèces en danger critique d'extinction

Les girafes rejoignent la liste des espèces en danger critique d'extinction

La girafe du Kordofan et la girafe de Nubie ont franchi un cap sur la liste rouge de l'UICN.

Les chiens savent quand ils ne savent pas

Les chiens savent quand ils ne savent pas

Comme les primates, ils semblent capables de «métacognition».

Newsletters