Monde

VIDÉO. Viens chez moi, j'habite… dans un Boeing 727

Temps de lecture : 2 min

Un Américain a élu domicile dans un avion depuis plus de quinze ans. Il nous en fait la visite.

On connaissait la tendance d'habiter dans des conteneurs, plus original et bien plus spacieux, il est également possible de convertir les avions en maison. CityLab revient sur la démarche de Bruce Campbell. Cet ingénieur électronique à la retraite s'est offert un Boeing 727 en 1999 et l'a transformé en un confortable appartement. Le vieux coucou faisait partie des avions de ligne de la flotte grecque dans les années 1960.

Aujourd'hui, il se retrouve dans une forêt de l'Oregon, près de Portland, sur la côte Ouest des États-Unis.«J'y passe la moitié de l'année», confesse Campbell dans une vidéo de Great Big Story.

Si prendre un avion comme base d'habitation n'est pas une nouveauté, l'aménagement du 727 de Campbell se révèle assez exceptionnel. Il comporte notamment une douche, deux salles de bain et un grand espace de travail.

L'Américain, qui partage sa vie entre les États-Unis et le Japon, ne compte pas s'arrêter là et compte déjà rassembler assez de fonds pour aménager un Boeing 747 près de Miyasaki dans le sud du Japon.

Slate.fr

Newsletters

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

Les propriétaires des quartiers chics londoniens ne veulent plus des extensions souterraines démesurées des résidences de leur voisinage.

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

Certains experts estiment que Pékin pourrait bien laisser décroître encore plus la valeur de sa monnaie par rapport au dollar.

Transition des jeunes trans*, quand science et militants divergent

Transition des jeunes trans*, quand science et militants divergent

L'article d'une chercheuse américaine, qui examine la possibilité d’un effet de dynamique de groupe pour les jeunes filles s’identifiant comme trans*, a suscité l'ire de certains groupes militants.

Newsletters