Égalités

Une école conseille aux filles de ne pas mettre de jupes, «ça distrait les garçons»

Temps de lecture : 2 min

Tenez-vous le pour dit: si les garçons ont des mauvaises notes à l’école, c’est de votre faute, à vous, les filles. #soupirs

Twitter via @Teen_Girl4Jesus
Twitter via @Teen_Girl4Jesus

Une avalanche de critiques. Une école aux États-Unis est sous le feu des projecteurs après avoir affiché un poster dans sa bibliothèque conseillant tout simplement aux jeunes filles de l’école de ne pas venir en jupe ou «de se faire jolies» car cela «distrait les garçons», qui ne voient que de la «viande», rapportent les sites d’information ABC News et Newser.

C’est ce qu’on peut voir sur la photo ci-dessous postée par une étudiante du lycée de Desert Ridge, à Mesa, dans l'État d'Arizona, le 28 avril dernier. Nous vous traduisons les différentes étapes, de gauche à droite et de haut en bas:


Traduction: «C’est affiché dans mon école et le bibliothécaire affirme que je suis la seule à être choquée par cela?? VRAIMENT?.»

- «Vous pensez que vous pouvez venir à l’école en vous faisant jolies»
- «Mais la seule chose que les garçons voient, c’est de la viande, et cela les distrait»
- «Donc ils obtiennent de mauvaises notes»
- «Mais vous finissez quand même par vous marier avec l’un d’entre eux parce qu’il vous trouvait sexy»
- «Et il finit par être sous-employé parce qu’il n’a rien appris à l’école»
- «Et résultat, vous allez devoir le soutenir financièrement toute votre vie»

Et la conclusion de l’affiche: «Mais cela n’est pas grave, car vous êtes jolie aujourd’hui!»

Une autre élève s’est plainte dans la même journée et le poster a été retiré le jour même. L’école s’est excusée, affirmant qu’il s’agissait d’une «mauvaise idée du bibliothécaire».

Newsletters

La moitié des hommes britanniques de la génération Z se sentent menacés par le féminisme

La moitié des hommes britanniques de la génération Z se sentent menacés par le féminisme

Un cinquième d'entre eux avouent avoir une mauvaise image des féministes.

Sexe virtuel, et si on était déjà en plein dedans?

Sexe virtuel, et si on était déjà en plein dedans?

L'impression que la grande époque du sexe virtuel est encore à venir est sans doute erronée: en réalité, tout est là.

Le syndrome de l'imposteur touche les femmes, et plus encore celles racisées

Le syndrome de l'imposteur touche les femmes, et plus encore celles racisées

Les stéréotypes négatifs, la culture d'entreprise et le manque de modèles ne favorisent pas leur intégration professionnelle.

Newsletters