Égalités

Le mot «cisgenre» est entré dans le dictionnaire aux États-Unis, tout un symbole

Temps de lecture : 2 min

Ce n'est pas encore le cas en France.

Un dictionnaire Merriam-Webster en 2013 (illustration) | TIM BOYLE/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP
Un dictionnaire Merriam-Webster en 2013 (illustration) | TIM BOYLE/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

C’est un événement symbolique, significatif d’une petite révolution dans la manière dont nous percevons notre identité, notre sexe et notre genre. Le mois dernier, le mot «cisgenre» («cisgender» en anglais) est entré dans le dictionnaire Merriam-Webster aux États-Unis, en compagnie de «Mx» (titre de civilité qui ne précise pas le genre, au contraire de M. ou Mme) et de «transphobie». Le Merriam-Webster est un dictionnaire de référence, qui existe outre-Atlantique depuis 1806.

Vous ne connaissez peut-être pas le mot cisgenre. Commençons par un peu d'étymologie: le préfixe «cis-» signifie «du même côté», c’est l’antonyme de «trans-». «Cisgenre» désigne donc les personnes qui ne sont pas trans, les personnes, comme le décrit le Merriam-Webster, «dont l’identité de genre correspond au sexe que la personne avait ou qui lui a été assigné à la naissance». Autrement dit: la vaste majorité du commun des mortels qui n’est pas passée à travers les souffrances et les obstacles que vivent les personnes trans.

Invisibilisation

Pour une personne qui n’est pas «née dans le bon sexe», «cisgenre» est un moyen de faire prendre conscience aux personnes non trans’ qu’il existe d’autres identités, qu’elles ne sont pas la «référence», et qu’il y a d’autres façons de concevoir son identité sexuelle. C’est un peu comme dans un article sur une crème qui ne peut être utilisée que par les femmes blanches: utiliser le «nous» généraliste au lieu de préciser «femmes blanches» exclut le lectorat non blanc.

Utiliser «trans» sans lui opposer un autre terme semble dire que le commun, l’universel, le légitime est dans la binarité des genres, que le «masculin versus féminin» est la norme, rejetant dans l’anormal, le marginal, voire le monstrueux, ceux qui ne correspondent pas à cette norme.

Wikipedia très en avance

Pour qu’un mot entre dans le dictionnaire, il faut qu’il ait «des chances d’être rencontré par un adulte», explique Peter Sokolowski, lexicographe au Merriam-Webster (par exemple, dans le dictionnaire des 52 nuances de genre de Facebook…). Dans ce sens, l’arrivée de «cisgenre» dans le dictionnaire est le signe d’un changement profond dans la société américaine. «C’est devenu concret et même mesurable: l’identité cisgenre n’est plus impensée, universelle ou présupposée», estime Hugh Ryan sur Slate.com.

D’autres dictionnaires ont sauté le pas. «Cisgenre» fait désormais partie de l'Oxford English Dictionary, racontait le site Yagg en juin dernier. En France, la version française de Wikipedia, toujours très en avance sur son temps, contient ce mot depuis le 17 mai 2013. Mais pas le Larousse et le Petit Robert, deux dictionnaires de référence ici, qui ont dû juger la société française pas encore mûre pour cette révolution.

«En observation»

Contactée par Slate.fr, la directrice du département «Dictionnaires & Encyclopédies» de Larousse affirme que «ce mot, comme beaucoup d'autres, est en observation». Elle ajoute qu'un mot entre dans le dictionnaire «lorsqu'on constate des milliers, millions d'occurrences». Les lexicographes du Robert, quant à eux, précisent par l'intermédiaire d'une personne chargée des relations médias de l'éditeur que «cisgenre» fait partie des mots «qu'ils ont en documentation et dont ils suivent le parcours avec attention, comme ils le font pour tous les mots et locutions émergents». «Le Petit Robert a été le premier à intégrer le mot “homophobie”», ajoutent-ils.

Ce n’est sans doute qu’une histoire d’années: de nombreuses évolutions sociétales aux États-Unis, comme le mariage pour tous, finissent par franchir l’Atlantique. Habituez-vous donc à cisgenre: il sera très probablement un jour dans les pages de votre dictionnaire, qu’elles soient faites de papier ou de pixels.

Aude Lorriaux Journaliste

Newsletters

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Ne laissons pas l'espace public aux mains de connards homophobes

Ne laissons pas l'espace public aux mains de connards homophobes

Pas un jour ne passe sans que l'on ne voit sur les réseaux sociaux le visage tuméfié d'une nouvelle victime d'actes de violence gayphobe, lesbophobe ou transphobe. Jusqu'à quand continuerons-nous de le supporter?

Parmi les sans-abri de Los Angeles, des milliers de jeunes LGBT+ rejetés par leurs familles

Parmi les sans-abri de Los Angeles, des milliers de jeunes LGBT+ rejetés par leurs familles

Dans la ville aux 58.000 SDF, d’autres chiffres donnent le tournis: 6.000 seraient issus de la communauté LGBT+. En première ligne de cette population doublement marginalisée, les jeunes.

Newsletters