Tech & internetEconomie

Peu importe qui est Satoshi Nakamoto, l’inventeur du bitcoin

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 03.05.2016 à 12 h 37

Repéré sur Quartz, Fortune

L'Australien Craig Wright affirme être l’inventeur de la crypto-monnaie. Mais la paternité du bitcoin n’a pas vraiment d’importance.

Chercher qui est vraiment Satoshi n’a aucun sens | Zach Copley via Flickr CC License by

Chercher qui est vraiment Satoshi n’a aucun sens | Zach Copley via Flickr CC License by

Quelques heures après la convocation de trois médias par Craig Wright pour leur assurer qu’il était bien Satoshi Nakamoto, l’inventeur du bitcoin, de nombreuses personnes et médias spécialisés mettent en doute la version de l’Australien. De Reddit à TechCrunch en passant par The Economist ou Ars Technica, les doutes s’accumulent.

Ce n’est pas la première fois que le nom de Craig Wright est évoqué pour la paternité du bitcoin. En décembre 2015, Wired et Gizmodo révélaient que l’Australien étaient probablement derrière la création de la monnaie. Wired avait ensuite fait marche arrière. Dans le même temps, Emin Gün Sirer, professeur à la prestigieuse université de Cornell, qui avait cotoyé Craig Wright, avait fait comprendre qu’il était impossible selon lui que l’Australien soit l’inventeur du bitcoin. Mais, au fond, peu importe, concluait-il alors:

«Les médias responsables doivent arrêter de chercher qui est vraiment Satoshi, ça n’a aucun sens. Au lieu de cela, ils devraient se pencher sur cette technologie et ses implications. C’est là qu’a lieu la vraie action.»

C’est ce que souligne Quartz, dans un article qui rappelle qu’au fond cela ne change rien si Craig Wright est bien l’inventeur du bitcoin.

Décentralisé

Satoshi Nakamoto ne joue pas le rôle de banque centrale, le bitcoin étant décentralisé. Il n’est pas non plus le «décideur» comme peut l’être Linus Torvalds avec Linux:

«Il n’a pas le pouvoir d’unfluencer sur le code du bitcoin d’une façon ou d’une autre –en tout cas plus maintenant. Les changements dans le code du bitcoin sont désormais gérés par un système de propositions publics. [...] Le pouvoir de faire des modifiction dans le code open-source du bitcoin est désormais entre les mains de Wladimir Van Der Laan, un développeur de bitcoins financé par le Media Lab du MIT.»

Résultat, explique Peter Van Valkenburgh, responsable de recherche au Coin Center, à Fortune«Satoshi n’a plus vraiment d’importance désormais».

Mais si l’identité de Satoshi importe peu, ses actions pourraient bien avoir des conséquences, indique Fortune. Jusqu’à présent, Satoshi n’a pas cherché à dépenser sa réserve de bitcoins (estimée à 1 million, soit 450 millions de dollars, sur les 7 milliards de dollars de bitcoin en circulation), engrangée quand il était le premier mineur, pour éviter que les mouvements d’argent ne dévoilent son identité.

La situation serait différente s’il venait à être identifié. Comme l’explique très bien Quartz, «Satoshi pourrait alors dépenser ses millions jusqu’ici inutilisés, ce qui causerait des mouvements de marché imprévisibles dans le taux de change déjà volatile de la crypto-monnaie. Dans le pire des scénarios, Satoshi liquiderait toute sa fortune sur le marché, ce qui ferait chuter les prix. Mais même cette situation nécessiterait que l’on imagine Satoshi prêt à supporter la chute énorme de la valeur de ses pièces pendant qu’il les vend, le tout en détruisant simultanément la confiance du marché dans le bitcoin».

Alors, au fond, peu importe qui est vraiment derrière Satoshi Nakamoto. L’important, conclut Quartz, c’est la technologie qu’il ou elle a développée, faisant du bitcoin l’une des monnaies les plus performantes de 2015:

«Wright est peut-être bien Satoshi. Et il a peut-être fait d’incroyables découvertes qui permettront d’améliorer la façon dont le bitcoin fonctionne. Mais le système qu’a créé Satoshi est conçu pour que tout le monde apporte sa pierre à la recherche. Ça n’a pas nécessairement à être Satoshi. Comme nous l’a expliqué Peter Todd, “cela n’a aucun effect technique sur le système. L’identité de Satoshi est simplement une curiosité historique”.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte