Culture

Marre de «Game of Thrones»? Voici dix séries à regarder à la place

Mélissa Bounoua et Grégor Brandy et Vincent Manilève, mis à jour le 04.05.2016 à 15 h 14

Si le bruit incessant autour de la destinée de Jon Snow vous exaspère, Slate.fr vous propose quelques séries alternatives, diffusées en ce moment, pour aborder le printemps tranquillement.

Thomas Middleditch («Silicon Valley»), Julianna Margulies («The Good Wife»), Kyler Chandler («Bloodline») et Tatiana Maslany («Orphan Black»).

Thomas Middleditch («Silicon Valley»), Julianna Margulies («The Good Wife»), Kyler Chandler («Bloodline») et Tatiana Maslany («Orphan Black»).

Est-ce que la simple mention de la série phare Game of Thrones vous donne envie de jeter votre ordinateur par la fenêtre? Ou, à l’inverse, est-ce que la lutte permanente pour ne pas être «spoilé» vous empêche de débuter sereinement vos semaines? La solution à ces questions existentielles est plus simple qu’on ne le croit: elle consiste à laisser de côté la série de la chaîne HBO et à donner leur chance à d’autres séries, qui ne bénéficient pas forcément du même succès mais qui méritent toute votre attention.

1.«The Five»Pour retrouver l’accent british de la Garde de la Nuit

Les gardes de Nuit ne sont les seuls à avoir cet accent anglais typique des pays du nord du Royaume-Uni. Harlan Coben, le maître du polar américain, a traversé l’Atlantique pour sa première incursion à la télévision. Produite par la chaîne anglaise Sky1 et diffusé depuis peu sur Canal+, The Five raconte la disparition, en 1995, d’un jeune garçon alors qu’il jouait avec son frère et des amis. Vingt ans plus tard, ce dernier refait surface d’une façon bien étrange: l’ADN du garçon est retrouvé sur une scène de crime. Si Harlan Coben tombe parfois dans des raccourcis faciles et que la réalisation est un peu trop appuyée, The Five saura vous tenir en haleine tout au long de ses dix épisodes.

 

The Five est diffusé depuis le jeudi 28 avril 2016 à 20h55 sur Canal+

2.«Veep»Pour la qualité et l’intégrité des dirigeants politiques

Marre des errements politiques et moraux de Daenerys? Optez pour une femme politique qui, si elle n’a pas les moyens de ses ambitions, fera tout pour occuper le trône de la Maison Blanche. La vice-présidente Selina Meyer (Julia Louis-Dreyfus) va devoir jongler avec une équipe aussi arrogante et incompétente qu’elle pour gérer les affaires du pays et réussir à s’imposer dans un monde d’hommes à coup de répliques cinglantes. Derrière son actrice principale toujours aussi géniale, on retrouve une myriade d’acteurs hilarants (mention spéciale pour Tony Hale, déjà vu dans Arrested Development) et un showrunner de talent, Armando Iannucci, réalisateur et scénariste du film In The Loop, mémorable satire du monde politique.

 

La cinquième saison vient de commencer sur HBO.

3.«The Girlfriend Experience»Pour les questions de sexualité

Le début de la saison 6 de Game of Thrones n’était pas forcément à la hauteur des saisons précédentes concernant le nombre de scènes où l’on voit les personnages s’adonner aux plaisirs de la chair. Si vous cherchez donc une série où voir des scènes de sexe (et en nombre), il y a The Girlfriend Experience, qui suit Chelsea –un pseudo–, une étudiante en droit qui joue les escortes pour se payer ses études et son loyer. Comme dans Game of Thrones, les scènes ne sont pas toujours faciles à regarder. Et elles sont clairement loin d’être toujours à l’avantage du personnage féminin.

L’histoire est adaptée d’un film sorti en 2009 de Steven Soderbergh (Ocean’s eleven, Contagion, Magic Mike), qui produit aujourd’hui la série. Comme dans Game of Thrones, la violence des scènes de sexe n’est accompagnée d’aucune morale ni d’aucun jugement. Ayant lieu dans des grands hôtels sans âme de Chicago, le sexe est plus souvent associé à un échange marchand froid et cruel. On est un peu loin des fameux hivers de Game of Thrones, mais tout de même.

 

La première saison est diffusée sur les chaînes Starz et Super Channel.

4.«The Americans»Pour une vraie infiltration dans le camp ennemi

Pendant que Jorah Mormont retourne sa veste et préfère servir Daenerys plutôt que de continuer à l’espionner, Philip et Elizabeth Jennings –deux espions soviétiques– viennent de commencer leur quatrième saison infiltrés dans un pays étranger où ils continuent de se faire passer pour deux Américains moyens, avec leurs deux enfants, désormais ados et qui commencent à se douter de quelque chose. The Americans est ce qu’il se fait de mieux en matière d’espionnage à la télévision en ce moment.

La série de Joe Weisberg et Joel Fields continue de développer tous ses personnages, et, comme la série britannique Spooks, n’hésite pas à se débarrasser de certains sans ménagement: le tout en respectant au mieux les pratiques de l’époque.

 

La quatrième saison de The Americans est diffusée sur Canal+ Séries.

5.«The People V. O.J. Simpson: American Crime Story»
Pour les procès

Le procès de Tyrion Lannister lors de la troisième saison a sans doute donné l’un des moments les plus dramatiques des cinq saisons de Game of Thrones. Au cours de plusieurs épisodes, on suit le procès de Tyrion Lannister, accusé d’avoir tué son neveu, le roi Joffrey. Mais, quitte à suivre un procès, autant suivre «le procès du siècle». Le 12 juin 1994, Nicole Brown est assassinée avec son ami, Ron Goldman. Très vite les soupçons se portent sur l’ancien mari de Brown, O. J. Simpson. La suite, c’est une poursuite devenue iconique sur l’autoroute de Los Angeles, et un procès aux allures de téléréalité. Le tout sur fond de tensions raciales, quelques mois après l’acquittement des policiers accusés d’avoir tabassé Rodney King, ce qui avait déclenché des émeutes dans la ville. On peut désormais revivre toute cette histoire en dix épisodes. Et si ça ne finit pas en combat à mort, on n’en est pas très loin.

 

Cette saison unique a été diffusée sur la chaîne FX. En France, le groupe M6 en a acquis les droits.

6.«The Night Manager»Pour les méchants vraiment méchants

Hugh Laurie jouait déjà un méchant dans Dr. House. Un gentil méchant, un médecin qui soigne des maladies que personne ne connaît. Dans The Night Manager, une mini-série de la BBC et de la chaîne américaine AMC (Mad Men) en six épisodes diffusée en ce début 2016, il devient Richard Roper et vends des armes via d’obscurs montages financiers partout dans le monde. Comme les familles ennemies s’associant dans Games of Thrones, Jonathan Pine (Tom Hiddleston), un agent double associé aux services secrets britanniques, va essayer de le faire tomber, en essayant de prendre les traits d’un méchant qu’il n’est pas au fond (et qu’il a parfois bien du mal à incarner).

Adapté d’un roman de John le Carré, The Night Manager fait penser à un film de James Bond (les méchants, les décors, la musique) et les manigances et les mensonges rappellent ceux des pires méchants de Game of Thrones. À noter la présence de l’actrice française Aure Atika, qui gravite dans l’un des clans de méchants avec qui Roper va échanger.

The Night Manager a été diffusé sur BBC One et AMC.

7.«Silicon Valley»Pour le monde dominé par les hommes blancs

Depuis trois saisons maintenant, Silicon Valley reste un peu dans l’ombre de Game of Thrones car diffusée juste après sur la chaîne HBO. Pourtant, cette série apparaît d’ores et déjà comme l’une des plus drôles de ces dernières années et surtout comme l’une des mieux informées sur le monde sans pitié de la Silicon Valley, ce petit coin de Californie où start-ups et multinationales de la tech cohabitent difficilement. Au casting, l’hilarant T. J. Millier (récemment aperçu dans Deadpool), Martin Starr (qui offre aux fans de Freaks and Geeks un moment de nostalgie bienvenue) ou encore Zach Woods (Gabe de The Office). En suivant le parcours de programmeurs à l’origine d’un algorithme de compression extraordinaire et donc convoité, le créateur de la série, Mike Judge, nous offre un aperçu d’un cynisme rare (et donc juste) sur le monde impitoyable du numérique où, il est important de le noter, la diversité a toujours autant de mal à trouver sa place.

 

Les sept épisodes de cette troisième saison sont diffusés sur HBO.

8.«Orphan Black»Pour des personnages que l’on ne reconnaît pas

Si la jeune Arya Stark a pour ambition de ne plus être reconnaissable dans Game of Thrones, cela fait quatre saisons que Sarah Manning jongle avec ses différents clones. Orphan Black raconte donc l’histoire de Sarah, qui voit un soir une femme qui lui ressemble beaucoup se jeter sous un train, avant de découvrir qu’elle a quelques clones et qu’il existe des sociétés secrètes derrière tout ça: le tout avec des personnages féminins plus brillants que presque tous les hommes réunis. Si quelques rebondissements improbables des saisons deux et trois ont fait fuire certains fans, la fin de la troisième saison nous a rassurés sur le potentiel de la série canadienne, qui repart cette année sur de bonnes bases. En espérant que cette saison sera la bonne pour Tatiana Maslany, qui, après une première nomination en 2015 pour ses multiples rôles dans une seule et même série, pourrait légitimement ramener un Emmy à la maison à la fin de l’année.

 

La quatrième saison d’Orphan Black est diffusée sur BBC America.

9.«The Good Wife»Pour les femmes fortes

Déjà six saisons que Alicia Florrick (Julianna Margulies) joue la femme parfaite aux côtés de son mari Peter Florrick (Chris Noth). Il l’a trompée, est allé en prison et se retrouve encore dans la tourmente dans cette septième et dernière saison. Une fois ce tableau assez classique dressé, il faut comprendre que tout le génie de The Good Wife tient à la construction d’un personnage complexe de femme dans des milieux trustés par les hommes: la politique et la justice. Car Alicia Florrick progresse rapidement en tant qu’avocate dans un cabinet dirigé par une femme (et des hommes). The Good Wife réussit ainsi à mettre en scène des femmes fortes qui réussissent à prendre le pouvoir. Au-delà de cet aspect, ce qui rend la série d’autant plus intéressante, c’est sa capacité à faire raisonner l’actualité dans chaque épisode (l’importante surveillance de la NSA aux États-Unis par exemple, ou l’immense place prise par Google dans nos vies).

The Good Wife est diffusé sur Teva.

10.«Bloodline»Pour les histoires de famille qui finissent mal

L’un des ressorts principaux de Game of Thrones réside dans la richesse, la complexité et parfois la cruauté des relations familiales. Il n’est pas question de royaumes dans Bloodline mais, dès le premier épisode –une réunion de tous les membres du clan Rayburn–, on comprend à quel point une famille nombreuse rassemblée après des années peut remuer son histoire, provoquer une foule de sentiments, créer des rivalités, des crises... S’il n’y a littéralement pas la violence de Game of Thrones dans Bloodline, on retrouve en treize épisodes tous les nœuds complexes des fratries. Car c’est surtout l’histoire de deux frères, l’aîné (Ben Mendelsohn) et le cadet (Kyle Chandler), et d’une vieille histoire qui va venir bouleverser une relation déjà compliquée.

La première saison de Bloodline est disponible sur Netflix. La saison 2 débutera le 27 mai.

Mélissa Bounoua
Mélissa Bounoua (93 articles)
Rédactrice en chef adjointe de Slate.fr
Grégor Brandy
Grégor Brandy (439 articles)
Journaliste
Vincent Manilève
Vincent Manilève (353 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte