Monde

Au Texas, un sikh détenu pendant trente heures pour avoir parlé pendjabi

Temps de lecture : 2 min

Pour un nombre croissant de musulmans et de sikhs, il devient difficile de voyager aux États-Unis sans être soupçonné d'être terroriste.

Capture d’écran d’un tweet de @sikh_coalition citant Daljeet Singh: «Le seul crime que j’ai commis était de porter un turban, une barbe et de parler une langue étrangère avec un autre homme à la peau foncée.»
Capture d’écran d’un tweet de @sikh_coalition citant Daljeet Singh: «Le seul crime que j’ai commis était de porter un turban, une barbe et de parler une langue étrangère avec un autre homme à la peau foncée.»

En février 2016, un homme sikh a parlé en pendjabi avec un Pakistanais dans un bus au Texas. Un passagère inquiète a appelé la police pour dire que deux hommes parlant «arabe» agissaient de façon «bizarre» et semblaient avoir dit le mot «bombe».

Selon NBC News, les deux hommes ont ensuite été immobilisés par d’autres passagers avant l’arrivée de la police, qui les a évacués au pistolet puis détenus pendant trente heures. Les policiers ont aussi enlevé le turban de l’homme, qui a ensuite été interrogé par le FBI, avant d’être relâché.

Le passager sikh, Daljeet Singh, vient de lancer une action judiciaire pour demander à la police du Texas de poursuivre ses accusateurs. Singh, qui est représenté par des avocats de la Sikh Coalition, a déclaré:

«Le seul crime que j’ai commis était de porter un turban, une barbe et de parler une langue étrangère avec un autre homme à la peau foncée.»

Discrimination

Il est en effet étrange qu’une passagère qui ne parle pas arabe puisse entendre le mot «bombe» en arabe dans une conversation en pendjabi:

«Incroyable que ces gens qui ont entendu deux hommes parler pendjabi en croyant que c’était de l’arabe aient tout de même pu discerner le mot «bombe» dans la conversation.»

Cet incident n’est pas isolé. En avril en Californie, un étudiant irakien a été débarqué de son avion parce qu’il avait parlé arabe au téléphone et qu’un passager trouvait qu’il avait l’air de faire des «commentaires potentiellement menaçants». Le même mois, une femme portant le hijab avait été expulsée d’un avion après avoir demandé de s’assoir côté couloir. Une hôtesse de l’air avait déclaré qu’elle «ne se sentait pas à l’aise» avec cette passagère.

En janvier, trois musulmans et un sikh ont fait un procès pour discrimination à leur compagnie aérienne, après avoir été expulsés d’un vol sans raison apparente.

Newsletters

Les «chiens de thérapie» font fureur sur les campus américains

Les «chiens de thérapie» font fureur sur les campus américains

Ces animaux aident les étudiants à surmonter leur stress.

Un Américain dépense 57.000 dollars de son prêt de secours Covid dans une carte Pokémon

Un Américain dépense 57.000 dollars de son prêt de secours Covid dans une carte Pokémon

Cet homme est inculpé pour fraude fiscale par le gouvernement fédéral.

Un écrivain turc doit-il avoir fait de la prison pour plaire aux jurys littéraires français?

Un écrivain turc doit-il avoir fait de la prison pour plaire aux jurys littéraires français?

Le prix Femina étranger 2021 a été attribué à «Madame Hayat» (Actes Sud), un véritable hymne à la liberté, conçu et écrit derrière les barreaux par le Turc Ahmet Altan.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio