Égalités

Aux États-Unis, une prof de collège virée pour avoir dit le mot «vagin»

Temps de lecture : 2 min

Dans cette école du Michigan, il est tout bonnement interdit de prononcer le mot sans autorisation.

Georgia O'Keeffe | Blue Flowers (1918)  via myworldweb.com/ CC Public domain License by
Georgia O'Keeffe | Blue Flowers (1918) via myworldweb.com/ CC Public domain License by

L’art de Georgia O’Keeffe, peintre américaine majeure du XXe siècle, est plein de fleurs. Des fleurs aux couleurs obsédantes, aux formes voluptueuses, cocons de beauté dont le pistil vous happe. Des fleurs qu’on a souvent comparées à des vagins.

À tel point que Buzzfeed en a fait un quiz amusant («Est-ce un Georgia O’Keeffe ou un vagin?»). Et que la Tate Modern a organisé une rétrospective pour remettre en cause cette vision et faire valoir la parole de l’artiste, qui a passé soixante ans à nier l’aspect sexuel de ses fleurs, une vision «conservatrice et masculine», selon elle.

Georgia O'Keeffe |Series 1, No. 8 via Wikimedia Commons CC Public domain License by

Difficile pour une prof d’histoire de l’art qui explique l’œuvre de Georgia O’Keeffe de passer sous silence ces années de controverse. Allison Wint, une prof de collège du Michigan, a donc relaté la chose à ses élèves de quatrième, en répétant huit fois le mot «vagin». Ce qui lui a valu... une exclusion, raconte le Washington Post (un article repéré par le blog Women in the World).

Puritanisme

Les professeurs de l’établissement de Harper Creek font valoir le règlement: il serait tout bonnement interdit de prononcer le mot vagin dans cette école sans autorisation explicite. Et peu importe si Allison Wint n’était pas «vulgaire», comme elle l’explique, mais utilisait ce mot dans un sens purement anatomique.

Cela peut paraître tout bonnement fou, mais aux États-Unis, le mot vagin est devenu tabou. Des parents ont porté plainte contre une enseignante de biologie qui avait prononcé ces lettres. L’ex-candidate à la primaire républicaine Carly Fiorina, que ses concurrents avaient accusé de devenir «complètement vagin», a refusé de répéter le terme, disant à la place «V-Word» («le mot en V»). Une parlementaire américaine a même été interdite de parole à l’Assemblée nationale pour l'avoir utilisé. Un exemple de plus du puritanisme et du sexisme américain, où les ados regardent du porno dès 11 ans, mais où les femmes doivent cacher leurs seins, y compris lorsqu’il ne s’agit que de statues...

Newsletters

Pourquoi des interprètes hétéros continuent à jouer des personnages LGBT+

Pourquoi des interprètes hétéros continuent à jouer des personnages LGBT+

Cet hiver cinématographique ne manquera pas de romances gays et lesbiennes. Mais le fait que la plupart des personnages soient joués par des hétéros fait sérieusement tiquer les personnes concernées.

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

Dans cet épisode de Poire et Cahuètes, on se penche sur deux livres de la rentrée qui ont fait beaucoup parler: Moi les hommes, je les déteste, de l'écrivaine et féministe Pauline Harmange (Éditions du Seuil), et Le Génie lesbien, de la...

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

S'il n'avait pas de visée politique au départ, «Meseország Mindenkié», une anthologie prônant l'ouverture et la tolérance, incarne désormais un symbole de résistance face au conservatisme d'Orbán.

Newsletters