Égalités / Monde

En Arabie saoudite, l'interdiction de conduire des femmes coûte des milliards de dollars

Temps de lecture : 2 min

Pour que les femmes puissent se déplacer, les Saoudiens embauchent huit cent mille chauffeurs privés pour un coût total de près de quatre milliards de dollars par an.

Capture d'écran d'un reportage de CNN sur les femmes qui bravent l'interdiction de conduire en Arabie saoudite
Capture d'écran d'un reportage de CNN sur les femmes qui bravent l'interdiction de conduire en Arabie saoudite

L'Arabie saoudite est le seul pays au monde à interdire les femmes de conduire. Et c'est probablement aussi le seul pays à avoir les moyens de payer pour que les femmes ne conduisent pas. En effet, vu que les transports en commun sont peu développés, celles qui veulent se déplacer doivent être conduites par un membre de leur famille ou avoir un chauffeur privé.

Comme le rapporte Vocativ, les familles saoudiennes emploient environ huit cent mille chauffeurs, la plupart des immigrés, pour un coût total de 3,7 milliards de dollars par an. Ces chiffres ont été calculés par un éditorialiste du journal Al-Riyadh.

Malgré le coût faramineux de cet interdit, le prince Mohammed ben Salman a réitéré cette semaine que le pays n'était pas encore prêt changer la loi. Il a expliqué qu'il ne s'agissait pas uniquement d'une question religieuse, mais surtout d'une question d'acceptance sociale. Et pour lui, la population saoudienne n'est pas encore «convaincue» que les femmes devraient conduire.

Pourtant, la situation est difficilement tenable car toutes les familles saoudiennes n'ont pas les moyens de payer des chauffeurs privés. Comme l'explique un article du Christian Science Monitor, si la plupart des femmes riches ne voient pas trop d'inconvénients à être conduites par chauffeur, l'interdiction de conduire pose de gros problèmes aux femmes des classes moyennes et populaires. Un nombre croissant d'entre elles choisissent de travailler, mais pour se déplacer, elles sont obligées de prendre des taxis, parfois à plusieurs pour réduire les coûts.

Les militantes qui défendent la levée de l'interdiction de conduire expliquent qu'environ la moitié de la population saoudienne y est opposée, tout particulièrement les riches qui ont des chauffeurs.

Newsletters

Sirimavo Bandaranaïke, la première femme à devenir cheffe d'État, en 1960

Sirimavo Bandaranaïke, la première femme à devenir cheffe d'État, en 1960

Aujourd'hui, seules 21 femmes dirigent un pays dans un monde qui en compte 197. Autant dire qu'à l'époque, c'était inouï.

Ce que les femmes attendent des hommes cisgenres le 8 mars

Ce que les femmes attendent des hommes cisgenres le 8 mars

Se taire et écouter, c'est un minimum. Mais il va falloir aller plus loin, ce jour-là et tous les autres.

Camille du Gast, la première femme à obtenir un certificat de capacité, l'ancêtre du permis de conduire, en 1898

Camille du Gast, la première femme à obtenir un certificat de capacité, l'ancêtre du permis de conduire, en 1898

Ce sésame en poche, elle est aussi devenue la première Française à participer à une course automobile, le Paris-Berlin.

Newsletters