Santé

Et si une minute intense suffisait pour bien s'exercer?

Temps de lecture : 2 min

Cette fois, l'argument du manque de temps ne vous sauvera pas pour renoncer à l'activité physique

Fitness / Vic via Flickr CC License By
Fitness / Vic via Flickr CC License By

Si on vous propose de choisir entre quarante-cinq minutes d’exercice modéré ou une minute d’effort physique intense, pour le même résultat, vous choisissez quoi? La réponse B, évidemment.

À l’origine, ces courtes séquences énergiques s’insèrent dans des cycles plus longs d’entraînements d’athlètes professionnels. Ce sont des intervalles qui ponctuent des épreuves d’endurance comme des courses de fond, ou bien des courtes séquences répétées avec à chaque fois un temps de récupération entre deux phases. Le New York Times explique que certains chercheurs se sont demandés si cette méthode de l’entraînement fractionné pouvait se suffire à elle-même. En d’autres termes, s’il ne suffisait pas de réaliser ces courts intervalles intensifs pour bénéficier des bienfaits d’un entraînement complet.

Pour le savoir, une équipe de l’université McMaster d’Hamilton dans l’Ontario a recruté des jeunes hommes qui ne faisaient pas d’exercice régulier et les a répartis en trois groupes. Le premier devait continuer à ne rien faire, le second a effectué des sessions classiques de quarante-cinq minutes sur un vélo d’appartement, et le troisième s’est contenté des courtes sessions d’exercices intensifs. Les membres de ce troisième groupe devaient s’échauffer pendant deux minutes sur les vélos, puis pédaler le plus vite possible pendant vingt secondes, ralentir la cadence pendant deux minutes, et ainsi de suite jusqu’à ralentir pendant trois minutes. Au total, ils ne restaient que dix minutes sur leur selle, et ne passaient qu’une minute entière à fournir un effort vigoureux.

Mesures équivalentes

Les chercheurs ont mesuré que les bénéfices cardiovasculaires et l’amincissement des deux groupes qui s’étaient pliés à un entraînement étaient identiques, alors que les premiers avaient sué pendant 27 heures pendant douze semaines et les autres, 6 heures seulement sur la même période, dont 36 minutes à une cadence élevée.

Comme l’écrivent les auteurs de l’étude, la raison la plus couramment invoquée pour ne pas faire de sport est le manque de temps. Leurs résultats démontrent qu’une dizaine de minutes plusieurs fois par semaine suffisent amplement pour rester en bonne santé et prévenir les risques de maladies chroniques.

Newsletters

Pour éviter le burn-out, les jeunes généralistes repensent leurs conditions de travail

Pour éviter le burn-out, les jeunes généralistes repensent leurs conditions de travail

Le corps médical n'est pas à l'abri du syndrome d'épuisement professionnel, bien au contraire. Sensibilisée au sujet, la nouvelle génération de médecins tente de se démarquer des précédentes.

La phobie des trous enfin expliquée

La phobie des trous enfin expliquée

La trypophobie serait due à une réaction de dégoût instinctive liée à des maladies.

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

L'hyperémèse gravidique, cette maladie qui provoque des vomissements incoercibles pendant la grossesse, peut se soigner. Mais pour ça, il faudrait écouter les femmes qui en souffrent.

Newsletters