Sciences

Les chiens détestent que vous leur fassiez des câlins

Temps de lecture : 2 min

Le meilleur ami de l’homme n’est pas un adepte du contact humain. Et c’est la science qui le dit.

Free Hugs | Ben Grey via Flickr CC License by
Free Hugs | Ben Grey via Flickr CC License by

Vous qui aimez prendre les chiens dans vos bras pour les étreindre, préparez-vous à lire ici une terrible nouvelle: la plupart des chiens n’aiment pas vos câlins. Ils n’aiment pas quand vous les enlacez, et encore moins lorsque vous les serrez énergiquement dans vos bras. Dans un article publié dans Psychology Today et relayée dans le New York Magazine, Stanley Coren, qui étudie le comportement canin à l’université de la Colombie-Britannique au Canada, rapporte que, en dépit de toute votre affection et de vos bonnes intentions, les câlins et le contact physique avec les humains sont de grands facteurs de stress pour les chiens.

Pour en arriver à cette conclusion, Stanley Coren et ses collègues se sont plongés dans les banques d’images de Google et de Flickr à la recherche de photos montrant des humains en train de câliner des chiens. Au total, ils ont étudié 250 photos en se focalisant sur les signes de stress, d’anxiété et sur le langage corporel des animaux observés. Près de 82% des chiens qui se retrouvent dans la sélection de photos de l’étude présentent «au moins un signe de stress, d’anxiété ou d’inconfort», note Stanley Coren:

«Les chiens, techniquement, appartiennent à une espèce “coureuse’, ce qui veut dire qu’ils sont destinés à courir vite. Cela explique que, dans des moments de stress ou lorsqu’ils se sentent menacés, ils auront tendance à courir plutôt qu’à montrer leurs dents. Les comportementalistes pensent ainsi que priver les chiens de cette liberté de mouvement en les immobilisant avec un câlin peut augmenter leur niveau de stress.»

Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à regarder cette série d’images et observer les expressions corporelles des chiens pris en photo.

Le langage corporel d’un chien analysé par Stanley Coren au cours de son étude | Humane Society of Greater Rochester via Flickr CC License by

Différentes manières d’aimer

Mais, pas d’inquiétude, ce n’est pas parce que la plupart des chiens n’apprécient pas vos câlins qu’ils vous détestent pour autant, nuançait un article de Mother Nature Network publié en 2014. La seule chose qu’il faut avoir en tête, c’est que les chiens et les humains ne montrent pas leur affection de la même manière:

«Nos chiens nous aiment. Mais ils nous aiment à leur façon, comme les canidés le font, alors que, nous, nous les aimons comme les primates le font. Nous sommes deux espèces différentes qui sont parvenues, de façon miraculeuse, à créer des liens intimes au cours de l’histoire. Malgré tout, des milliers d’années d’évolution ensemble ne peuvent effacer complètement les millions d’années d’évolution où les deux espèces ne se côtoyaient pas.»

S’il a été démontré que les humains ont généralement du mal à déceler la peur, le stress ou les émotions négatives chez les chiens, l’étude de Stanley Coren pourrait bien changer la manière dont les humains montrent leur affection à ceux que l’on décrit souvent comme les meilleurs amis de l’homme. Vous saurez désormais que, si vous voulez montrer à votre chien que vous l’aimez, il faut plutôt opter plutôt pour une tape sur la tête, lui gratter le ventre ou lui offrir une friandise, conclut le New York Magazine.

Slate.fr

Newsletters

Les sites de tests génétiques pourraient bien remplacer les réseaux sociaux

Les sites de tests génétiques pourraient bien remplacer les réseaux sociaux

Pour stalker vos cousins éloignés, les grandes tantes et... les donneurs de spermes.

Des robes en peau de bananes: la nouvelle idée d'une entreprise de mode pour réduire le gaspillage

Des robes en peau de bananes: la nouvelle idée d'une entreprise de mode pour réduire le gaspillage

Circular Systems utilise aussi d'autres matériaux comme le chanvre ou les feuilles d'ananas.

Si nous étions parfaites, nous ressemblerions à cette personne

Si nous étions parfaites, nous ressemblerions à cette personne

On est loin des standards de beauté contemporains.

Newsletters