Science & santéScience & santé

Afantaisistes, ils vivent sans image dans la tête

Repéré par Emeline Amétis, mis à jour le 27.06.2016 à 12 h 49

Repéré sur Facebook, Sciences et avenir

Le syndrome est encore méconnu, mais il concernerait de nombreuses personnes, dont Blake Ross, le cofondateur de Firefox Mozilla.

Le Penseur, en Espagne | Juanedc via Flickr CC License by

Le Penseur, en Espagne | Juanedc via Flickr CC License by

Fermez les yeux. Imaginez une plage: de sable fin, ou rocailleuse, peu importe. Imaginez la mer et la couleur du ciel. Rassurez-vous, l’objectif n’est pas de vous hypnotiser. Mais seulement de vous faire prendre conscience que si vous y êtes arrivé sans peine, vous avez là une capacité que les afantaisistes n’ont pas: construire une image mentale, se représenter un lieu, un visage, une forme.

Dans un article publié directement sur Facebook, Blake Ross –co-fondateur de Mozilla Firefox– confie «ne jamais avoir visualisé quoi que ce soit de sa vie»:

«Je ne peux pas “voir” le visage de mon père, ou imaginer une balle rebondissante bleue, me souvenir de ma chambre d’enfant ou du jogging que j’ai fait il y a dix minutes. Je pensais que “compter des moutons” était une métaphore. J’ai 30 ans et je n’ai jamais su comment un humain pouvait faire cela. Et ça me fascine.»

Un syndrome méconnu

Blake Ross est atteint d’un syndrome —dont le nom est encore incertain— mis en lumière par des chercheurs en neurosciences en juin 2015: l'aphantasie ou l'afantaisie, au choix. Baptisé selon le grec φαντασια, la traduction allemande du mot grec, Phantasie fait référence à l'imagination. Avec le préfixe «a», il devient donc question d'absence d'imagerie mentale. Difficile pour l'auteur de ne pas y voir aussi un souvenir d'enfance: le film Fantasia.

Jusque-là, le développeur pensait que l’ensemble de l’humanité connaissait le même sort. Il a fallu que le New York Times s’intéresse la même année aux conséquences d’une opération sur un patient de 65 ans, qui avait subitement perdu la capacité de visualiser le visage de Tony Blair –entre autres–, pour que Blake Ross se rende compte qu’il était, lui aussi, afantaisiste et que, par conséquent, il appartenait à une minorité d'humains. Il est par ailleurs encore difficile de savoir combien de personnes sont touchées par ce trouble: l’enquête d’un professeur en psychologie publiée en 2009 et réalisée sur 2.500 personnes évalue ce nombre à 2%. Mais on sait encore trop peu de choses sur le sujet.

Blake Ross ne souffre pas de troubles neurologiques ou ophtalmologiques. Il fait juste appel à sa mémoire sans visualisation, en se souvenant de certaines caractéristiques physiques quand il s'agit du visage de quelqu'un, comme la couleur de ses yeux. 

Pas de rêves, ni de musique dans la tête

Après cette révélation s'ensuit une insomnie, provoquée par la curiosité d’en apprendre plus sur les expériences de ses amis encore en ligne sur Facebook. Blake Ross constate alors avec stupéfaction que sur 74 amis contactés, 71 décrivent sans difficulté la construction d’une image mentale en utilisant spontanément les mots relatifs aux «images». Seules trois personnes contactées par Blake Ross ont l'imagination aveugle:

«Nous avons lancé un fil de discussion pour comparer nos tics et nos particularités –un tas de “MAIS OUI!”, d’“EXACTEMENT!!” et de “wow toi aussi?”– et j’ai senti la chaleur transcendante que je n’avais connue qu’une seule fois auparavant: quand un gamin geek un peu isolé débarque de Floride et rencontre un groupe de développeurs californiens qui semblent simplement “le comprendre”. C’est le sentiment de trouver les siens.»

Si Blake Ross écrit cet article, c'est aussi parce qu'il s'est heurté, dans le meilleur des cas à la curiosité sinon à l'incompréhension de certains proches, et a voulu répondre à leurs questions. Il explique ainsi qu'il n'arrive pas à se figurer la forme (même la plus simple: un triangle, par exemple), qu'il ne rêve pas –ou en tout cas, qu'il est incapable de visualiser ses rêves au réveil–, qu'il n'arrive pas à dessiner, qu'il saute les descriptions physiques dans un livre, qu'il ne se souvient pas des plages de Miami où il a pourtant grandi, qu'il n'a pas le sens de l'orientation, qu'il n'arrive pas à visualiser le visage de ses ex-copines, qu'il n'a pas de musique dans la tête, mais qu'il réussit à se masturber «parce qu'il a appris»...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte