Sciences / Boire & manger

Voici à quoi ressemblerait un rayon pâtisserie si les pollinisateurs venaient à s’éteindre

Temps de lecture : 2 min

Notre alimentation s’en trouverait radicalement changée.

Un aperçu de ce que serait un rayon de pâtisserie si les pollinisateurs disparaissaient | Phil Bond Photography via Whole Foods License by

En Californie, dans la ville de Fremont, l’une des boutiques de la société de distribution alimentaire Whole Foods a vidé son rayon pâtisserie des produits qui ne pourraient exister sans les insectes pollinisateurs, rapporte CityLab. Là où se côtoyaient tiramisus, crèmes brûlées, et biscuits au chocolat, il ne reste plus que quelques chessecakes à base de soja.

Tous ces délicieux gâteaux n'existeraient pas sans l'aide des pollinisateurs | Phil Bond Photography vie Whole Foods

Cette initiative réalisée en partenariat avec The Xerces Society, une organisation dédiée à la protection des insectes, a pour objectif de sensibiliser le public au rôle discret mais crucial que jouent ces pollinisateurs dans notre alimentation mais également dans notre environnement. Eric Mader, le co-directeur de ce programme, estime ainsi que la disparition progressive de ces insectes constitue pour ce qui est de la biodiversité «le plus gros problème» aujourd'hui. Et d’ajouter: «L’absence des pollinisateurs enlèverait non seulement de délicieuses choses de nos menus, mais également une part nutritionnelle considérable» de ce que l'on mange.

Surmortalité

Et c’est encore, hélas, de notre faute. Ces pollinisateurs qui assurent près de 80% de la reproduction des espèces végétales à fleurs et constituent un maillon indispensable de la biodiversité, connaissent une surmortalité due au réchauffement climatique, à l’utilisation des pesticides, l’agriculture intensive, la pollution électromagnétique ou encore les ravages du frelon asiatique Depuis 1980, la population d’abeilles a chuté de moitié, selon the London Zoological Society. Si ce cas est déjà largement médiatisé, il existe de nombreux autres pollinisateurs en danger, comme les papillons et les guêpes, qui jouent un rôle plus crucial dans notre alimentation.

Pourtant, la survie de ces espèces tiendrait à peu de choses. Chacun pourrait, par exemple, disposer un tournesol en pot sur son balcon. «L’immeuble entier serait alors un champ de tournesols. Quelle solution intéressante et élégante à ce problème dévastateur», se réjouit Mader. The Xerces Society, qui a également publié sur son site un guide afin de contribuer au retour des pollinisateur, s’attelle notamment à développer des habitats naturels à ces insectes aux alentours des aéroports. Une initiative plusieurs fois imitée en France, comme à Roissy Charles de Gaulle ou à Beauvais.

Slate.fr

Newsletters

Pour résister à la chaleur des villes, les escargots ont des coquilles plus claires

Pour résister à la chaleur des villes, les escargots ont des coquilles plus claires

Une étude montre que les escargots n'ont pas la même couleur selon qu'ils vivent dans des milieux urbains ou naturels.

Savoir rouler sa langue, un des principaux mythes sur la génétique

Savoir rouler sa langue, un des principaux mythes sur la génétique

Il pourrait y avoir des points communs avec la capacité de faire bouger ses oreilles.

«First Man»: la fiction à l’épreuve des faits

«First Man»: la fiction à l’épreuve des faits

Nous avons mené l’enquête.

Newsletters