Culture

Le public de «Game of Thrones» est plus qu'une minorité bruyante

Alexis Patri, mis à jour le 31.05.2016 à 15 h 22

Combien de personnes regardent vraiment la série d'HBO dont tout le monde parle?

L'actrice Maisie Williams avec des fans à San Francisco le 23 mars 2016 I JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

L'actrice Maisie Williams avec des fans à San Francisco le 23 mars 2016 I JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Cet article garanti sans spoilers et sans OGM, sur la tête de nos haters préférés

Si vous ne regardez pas Game of Thrones, voici encore un article que vous allez détester parce qu'il parle de cette série qui est sur les sites et dans toutes les discussions. Si vous êtes accro mais que vous comprenez les souffrances de ces pauvres petits qui subissent vos discussions, voici de quoi arrêter tout de suite de culpabiliser.

Le décompte est plus difficile qu'un jour de manifestation mais le constat est clair: Game of Thrones est regardé par une minorité de personnes. À l'échelle de la planète évidemment, mais aussi aux États-Unis et en France. Mais il s'agit d'une immense minorité, les audiences de la série se plaçant parmi les plus larges observées dans l'histoire des séries et de la popculture.


Chose rare, le nombre de spectateurs de Game of Thones sur HBO a augmenté de manière très régulière au fil des saisons jusqu'à atteindre les huit millions pour la première diffusion américaine de l'épisode final de la saison 5. À titre de comparaison, le très attendu final de la dernière saison d'How I Met Your Mother avait réuni 13 millions d'Américains sur CBS en 2014 et le retour d'X-Files sur la géante Fox 16,2 millions.

Piratages records

En matière de diffusion télé, Game of Thrones est donc bien en deçà de ses épisodes records. Mais sur la durée, elle tire bien son épingle du jeu, d'autant qu'HBO reste une petite chaîne payante face aux deux mastodontes susnommés. HBO, qui produit et diffuse Game of Thrones, a annoncé en 2014 quelque 18,6 millions de spectateurs cumulés (première diffusion et suivantes ainsi que la VOD) pour la saison 4, battant ainsi le record jusqu'alors tenu sur la chaîne par Les Sopranos (18,2 millions). 

La série est aussi la plus piratée du monde, avec environ 14,4 millions de téléchargements sur BitTorrent l'an dernier. Des audiences certes plus internationales qu'uniquement américaines, mais qui montrent à quel point l'expression «phénomène de société» fait sens. Le site de téléchargement indique même avoir atteint un record de flux l'année passée avec 258.313 personnes partageant au même instant le même fichier de l'épisode final de la saison 5, parmi une foule de torrents similaires.

Les spectateurs illégaux semblent en tout cas très sensibles à l'esthétique dans la série: sur BitTorrent, 50% des téléchargements de Game of Thrones se feraient désormais en haute définition (résolution de 720p et 1080p), contre 10% les premières années, et malgré le temps de chargement supplémentaire qu'implique un fichier de qualité supérieure. Un effort rare, selon BitTorrent.

Le cumul des audiences d'HBO et de BitTorrent culminent ainsi à 33 millions, sans prendre en compte les sites de streaming et en oubliant toutes les autres plateformes de téléchargement qui n'ont pas communiqué  leurs audiences, malgré nos demandes. 


Quand les fans de la série découvre quelqu'un qui n'a jamais regardé Game of Thrones.


En France, le décompte est plus complexe car OCS City refuse de communiquer ses audiences. Contacté par téléphone, le service de presse indique tout juste une hausse de 30% entre les premiers épisodes de la saison 5 et de la saison 6, avec des chiffres pour ce dernier «proches de ceux d'une chaîne de la TNT». Le soir de la diffusion, OCS a en effet battu son record d'audiences en ce plaçant à la onzième place des chaînes les regardées. «Cela nous a placé au niveau de chaînes comme Arte, France5 et TMC.» Impossible d'en savoir davantage en terme de nombre précis de téléspectateurs pour cet épisode ou pour l'ensemble de la série. Le bouquet de chaînes payant compte 2,5 millions d'abonnés en 2016, à mettre en comparaison des 28,2 millions de ménages recensés par l'Insee en 2012.

Les consommateurs français de streaming illégal sont présents sur un grand nombre de sites, mélangés à des audiences internationales. Nous avons contacté plusieurs des sites de streaming très visités par les Français mais aucun n'a souhaité communiquer ses audiences. Un rapport de Médiamétrie estime le nombre de «vidéonautes» français (les internautes regardant des vidéos tous les mois) à 35 millions, sans que l'on sache si leur consommation s'oriente vers les séries et dans quelle proportion.

Série pour journalistes?

Loin des millions de téléspectateurs des grosses productions des chaînes gratuites, la série s'est néanmoins imposée dans le paysage médiatique français généraliste, jusqu'à occuper des doubles pages du journal Le Monde avec cartographies et explications des enjeux géopolitiques qui sous-tendent l'intrigue. L'importante présence médiatique de la série s'explique par la richesse et complexité de la trame narrative qui fait le succès et qui fait aussi qu'en parler oblige à en parler longtemps et intensément, vu le grand nombre d'intrigues mêlées.

Contrairement à d'autres chefs-d'œuvres sériels comme The Wire, diffusée sur HBO, entre 2002 et 2008, Game of Thrones bénéficie d'une communication puissante et d'un contexte favorable en France avec la valorisation croissante de la pop culture. Le fait qu'il s'agisse d'une série d'heroic fantasy joue pour beaucoup à une époque de valorisation de beaucoup de choses différentes répertoriées sous le terme générique de «culture geek».

Pour les journalistes, elle a aussi l'avantage d'être l'une des séries les plus faciles à décliner en un grand nombre d'angles d'attaque : de la géopolitique de la série à la place des femmes et de la nudité, du viol, ou encore de la mort, de l'économie de la série à sa stratégie de commucation, en passant par les affres de l'adaptation du papier à l'écran. Et ce bruit médiatique croissant, favorisé par les bonnes audiences des sujets traitant de la série, alimente l'impression d'omniprésence médiatique autant qu'il amène de nouveaux spectateurs. 

Résiste, prouve que tu existes

La majorité silencieuse peut cependant faire valoir son droit à refuser l'injonction sociale à regarder Game of Thrones. Maisie Williams (qui incarne Arya Stark) a reconnu sans trop de honte n'avoir jamais vu ni un Harry Potter, ni un Seigneur des Anneaux (autres sujets de pression sociale) et sa vie n'en semble pas plus perturbée. Même certains des anciens acteurs ont du mal à regarder la série.

Deux d'arguments à faire valoir auprès des fans trop insistants –ceux qui s'amusent à vous faire raconter l'intrigue de la série dont vous n'avez jamais regardé un seul épisode, mais qui ne s'en souviennent pas vraiment eux-mêmes.

Alexis Patri
Alexis Patri (21 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte