Monde / Économie

Officiellement, les ouvriers chinois des fabriquants d'iPhone travaillent moins qu'avant

Temps de lecture : 2 min

En façade, les usines des sous-traitants d’Apple ressemblent aux campus hypermodernes des entreprises occidentales. Mais la durée du travail est-elle descendue à un niveau raisonnable pour autant?

Dans un Apple store de Pékin, le 23 octobre 2014 I AFP PHOTO/Greg BAKER
Dans un Apple store de Pékin, le 23 octobre 2014 I AFP PHOTO/Greg BAKER

C’est un des points névralgiques de la chaîne de valeur d’Apple. L’usine géante du fabriquant taïwanais Pegatron, à Shangai, est le lieu d’assemblage de l’iPhone. Moins tristement célèbre que Foxconn, autre sous-traitant d’Apple dont le nom reste associé à la vague de suicides d’ouvriers chinois en 2010, Pegatron a pourtant fait l’objet de critiques sur les conditions et la durée du travail de ses employés. Un journaliste du site Bloomberg a pu visiter l’usine dans le cadre d’une opération de transparence lancée par le fabriquant et Apple.

Le complexe industriel, qui emploie 50.000 personnes, est une véritable ville avec ses cafeterias, ses dortoirs et son poste de police. Après des années de hausse continue du salaire, et alors que la population vieillit et que le vivier de recrutement se réduit, la Chine doit prendre en compte les aspirations nouvelles des salariés: les «sweatshops» laissent la place à des campus modernes avec Wi-Fi gratuit, salon télé et services. Ce nouveau visage de l’industrie chinoise, qui reste le principal fabriquant de produits électroniques de grande consommation, serait pourtant avant tout cosmétique, explique Bloomberg.

Selon un travailleur interrogé par le journaliste, le système est ambigu puisqu’il inciterait au respect d’un seuil de durée de travail hebdomadaire, tout en fournissant aux ouvriers des salaires trop faibles pour qu’ils se contentent de cette durée légale. Selon une ONG, China Labor Watch, les ouvriers de Pegatron sont donc toujours contraints d’effectuer de nombreuses heures supplémentaires pour obtenir un salaire décent, ce que conteste le fabriquant, qui a mis en place un système de pointage pour limiter les débordements de la durée de travail.

Le dernier audit en date d’Apple affirme que ses sous-traitants respectent à 97% la règle des 60 heures de travail par semaine maximum, avec un jour de repos tous les sept jours. Car, pour des ouvrières interrogées sur place par le reporter de Bloomberg, une semaine de 60 heures est considérée comme une durée acceptable.

Newsletters

Pour la première fois, l'Inde compte plus de femmes que d'hommes

Pour la première fois, l'Inde compte plus de femmes que d'hommes

On recense désormais 1.020 femmes pour 1.000 hommes au sein de la population.

Le casse-tête chinois des talibans

Le casse-tête chinois des talibans

[TRIBUNE] En augmentant la répression contre les Ouïghours réfugiés en Afghanistan pour apaiser la Chine, ils risquent de passer pour des collaborateurs; en refusant de le faire, ils pourraient s'attirer les foudres de Pékin et dire adieu à l'investissement nécessaire à la survie de leur régime.

La Corée du Sud lance un groupe de travail sur l'interdiction de la viande de chien

La Corée du Sud lance un groupe de travail sur l'interdiction de la viande de chien

Le président Moon Jae-in a proposé d'examiner la possibilité de mettre fin à cette consommation séculaire.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio