Culture

Les fameuses morts de «Game of Thrones» en font-elles une série antispéciste?

Temps de lecture : 2 min

Les pages dédiées à la mémoire des personnages de la série honorent de la même manière toutes les créatures des Dieux anciens et nouveaux.

Carte du monde imaginaire de Game of Thrones extraite de «Valar Morghulis», le cimetière en ligne du Washinton Post
Carte du monde imaginaire de Game of Thrones extraite de «Valar Morghulis», le cimetière en ligne du Washinton Post

AVERTISSEMENT: Cet article contient dès les premières lignes des éléments d'intrigues des saisons 1 à 5. Nous nous sommes efforcés de ne rien dévoiler de la saison 6 en cours de diffusion, ce qui n'est pas le cas de tous les liens. Vous voilà prévenu!

Vous avez été autant choqués par les morts de Lady (la louve de Sansa) ou du cheval de la Montagne que par celle de personnages humains de Game of Thrones? Le Washington Post a le cimetière en ligne qu'il vous faut. «Valar Morghulis» –qui ne spoile pas la saison 6 à l'heure où nous écrivons mais soyez prudent en scrollant– rassemble l'ensemble des morts de la série, sans distinction entre humains et animaux. De quoi réjouir les antispécistes dont le rejet de cette opposition est au centre de la philosophie.

En détaillant le profil de 704 morts, le cimetière du Washinton Post fait apparaître des personnages que l'on avait oubliés: soldats anonymes mais aussi chevaux, pigeons, corbeaux et même sangsues et huîtres. Les icônes des personnages ne sont pas classées selon la division humain/animal mais selon l'importance de chacun dans l'intrigue. Un cheval a parfois plus de visibilité qu'un homme.

Redécouverte de la série

Cette nécrologie égalitaire est doublée d'un long travail d'analyse qui permet de rappeler pour chaque personnage un ensemble de caractéristiques (maison d'allégeance, meurtrier, méthode de mise à mort, mobile, etc.). Le cimetière rend ainsi hommage aux animaux –on a tendance à cliquer sur eux en se demandant ce que ce pigeon fait là– tout en faisant remonter à la surface de nombreuses scènes oubliées. Qui se souvient des trois sangsues brûlées par Stannis Baratheon ou du nombre de pigeons innocents sacrifiés par Arya Stark?


Un second cimetière en ligne, celui du Slate américain, que l'on a traduit ici en français, honore de même humains et loups avec des tombes de tailles égales. Seul critère: les personnages retenus –attention aux spoilers de la saison 6– sont ceux qui tiennent vraiment à cœur. On peut ainsi rendre hommage à sa louve préférée en déposant une fleur virtuelle sur la stèle de Lady.

Fourrures naturelles et vrais cadavres d'animaux

Ces cimetières ne doivent pas pour autant laisser imaginer que Game of Thrones est une série antispéciste. Certes, l'existence même de ces artefacts numériques montre que le sort promis par les scénaristes aux humains et aux animaux est le même: une mort violente, gratuite et inattendue. On peut aussi rappeler que Peter Dinklage aka Tyrion Lannister est végétalien et que Sophie Turner (Sansa Stark) a adopté la chienne qui incarnait Lady.

Mais au-delà de l'intrigue et des trucages de mise à mort, la réalité du tournage de la série s'attire les foudres de vegans et d'associations de défense des animaux, notamment pour son utilisation de cuirs et de fourrures naturelles et celle de véritables cadavres d'animaux pour ces décors.

Montage parodique réalisé par Scroll Droll dans le cadre de la série «When Game of Thrones meets Brands»

Des éléments qu'a confirmés Kit Harrington (John Snow à l'écran) lors d'une interview à Radio Times, sans apparemment percevoir le problème éthique que cela peut constituer:

«Tu te présentes sur le plateau et ils te disent “Bon, tu peux égorger ce poulet”. Tout est vrai –s'il y a des lapins morts dans l'arrière-plan, tu peux être sûr qu'ils ne sont pas factices. Ce réalisme explique aussi prouquoi les gens regardent autant Game of Thrones: si tu fais de l'heroic fantasy bon marché, ça ne prend pas.»

Ce souci du détail empêche-t-il vraiment l'utilisation de faux animaux morts? L'aveu est d'autant plus gênant que Kit Harrington sous-entend que des animaux ont été tués uniquement pour le tournage. Une autres série d'HBO, Luck, avait été arrêtée en cours de tournage à cause du décès de trois chevaux sur le plateau.

Alexis Patri Journaliste

Newsletters

«La Fête des Mères», mais pas celle de l'engagement politique

«La Fête des Mères», mais pas celle de l'engagement politique

Le gentil film-catalogue de Marie-Castille Mention-Schaar, qui sort opportunément à quatre jours de la fête des mères, évite avec souplesse toute forme de prise de position politique.

Twin Peaks, le retour: la plus grande série du monde, du cosmos et de l'univers tout entier

Twin Peaks, le retour: la plus grande série du monde, du cosmos et de l'univers tout entier

[BLOG You Will Never Hate Alone] Je n'attendais rien des nouveaux épisodes de la série culte et j'étais un âne de penser de la sorte.

Plus de 2.000 langues sont en train de disparaître

Plus de 2.000 langues sont en train de disparaître

L'identité d'une communauté ou d'un pays passe aussi par sa langue.

Newsletters