Égalités / Monde

Les Saoudiennes demandent davantage au prince modernisateur

Temps de lecture : 2 min

Avec le programme «Vision 2030», le futur roi Mohammed bin Salman veut dessiner une voie nouvelle pour son pays.

Le prince Mohammad bin Salman en novembre 2015 I FAYEZ NURELDINE/AFP
Le prince Mohammad bin Salman en novembre 2015 I FAYEZ NURELDINE/AFP

Son discours était attendu. Le prince saoudien Mohammed bin Salman s’était déjà montré en faveur du droit des femmes à conduire ou à accéder à des postes dans la hiérarchie religieuse. Ce lundi 25 avril, le député couronné a dévoilé les grandes lignes du programme «Vision 2030». Mais la déclaration de celui qui considère appartenir à une génération monogame a pourtant déçu certaines Saoudiennes en n’évoquant pas les droits des femmes.

Le plan national de transition n’a certes pas été dévoilé dans tous ses détails. Reste que les Saoudiennes présentes sur Twitter réclament davantage, surtout à l’occasion de l’annonce d’un tel plan d’ensemble censé engager la société saoudienne vers davantage de progrès économique et social.

«Et pour nous, les femmes? Sommes-nous toujours invisibles à votre Involontairement aveugle vision royale?»

«Nous sommes au XXIe siècle et nous devons toujours nous battre pour des droits primaires: égalité, droit à conduire, liberté de religion et d’expression, etc.»

«De véritables droits pour les femmes, ne pas tuer ceux qui ne sont pas hétérosexuels, pas cisgenre ou pas musulmans, améliorer l’école. J’ai beaucoup de propositions en tête.»

Pourtant, Bloomberg souligne que le futur roi est prêt à engager des réformes, et notamment à taper fort pour tenir la promesse d’une économie nationale indépendante du pétrole d’ici vingt ans en développant les investissements étrangers et la privatisation. Ce remède-choc est considéré comme indispensable par le prince, qui a estimé que l’économie de son pays ne survivrait pas deux ans à la fin du pétrole. Le risque majeur de ce programme économique ambitieux et rapide est de le couper des religieux et des conservateurs wahhabites, dont le pouvoir reste important dans son pays. Des conditions qui pourraient expliquer que le prince garde pour plus tard les mesures en faveur d’un progrès des droits sociaux auquel il semble croire.

Newsletters

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

Dans cet épisode de Poire et Cahuètes, on se penche sur deux livres de la rentrée qui ont fait beaucoup parler: Moi les hommes, je les déteste, de l'écrivaine et féministe Pauline Harmange (Éditions du Seuil), et Le Génie lesbien, de la...

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

S'il n'avait pas de visée politique au départ, «Meseország Mindenkié», une anthologie prônant l'ouverture et la tolérance, incarne désormais un symbole de résistance face au conservatisme d'Orbán.

En Turquie, la communauté LGBT+ doublement asphyxiée par le coronavirus

En Turquie, la communauté LGBT+ doublement asphyxiée par le coronavirus

[ÉPISODE 3] Alors que la crise du Covid-19 a privé la communauté queer de sa fête thérapeutique et précarisé de nombreuses personnes LGBT+, ces dernières doivent faire face à la poussée de l'homophobie qui anime la classe politique au pouvoir.

Newsletters