Culture

Dieu a tué 2,8 millions de personnes dans la Bible

Repéré par Aude Lorriaux, mis à jour le 25.04.2016 à 14 h 48

Repéré sur Vocativ

Les justifications morales de ces meurtres divins de masse sont souvent faibles, voire inexistantes.

Détail du tableau «Caïn fuyant la colère de Dieu ou le corps d'Abel trouvé par Adam et Ève» de William Blake, peint vers 1805-1809 | Harvard Art Museums via  Wikimedia Commons (domaine public)

Détail du tableau «Caïn fuyant la colère de Dieu ou le corps d'Abel trouvé par Adam et Ève» de William Blake, peint vers 1805-1809 | Harvard Art Museums via Wikimedia Commons (domaine public)

Steve Wells est l’auteur d’un livre que tout bon catholique devrait lire. Dans Drunk With Blood: God’s Killings In The Bible (qu’on pourrait traduire par «Ivre de sang: les meurtres de Dieu dans la Bible») il dénombre et analyse tous les meurtres et exécutions de Dieu. Le résultat est effarant: lorsqu’on se contente de regarder les assassinats et génocides pour lesquels il existe un décompte précis, on arrive au chiffre phénoménal de 2,8 millions de morts, résume Vocativ.

C’est bien plus que le génocide arménien et le génocide rwandais réunis. Et c’est aussi bien plus que Satan, qui n’est l’auteur que de dix morts dans l’Ancien et le Nouveau Testament, ou même que Game of Thrones, dont le cimetière comporte 704 morts.

Jusqu’à 25 millions de victimes

Parmi ces morts, il y a 160 meurtres directs (des personnes que Dieu a tuées lui-même) et 2.821.364 morts indirectes, que Dieu a orchestrées ou auxquelles il a participé.

C’est une estimation basse, répétons-le: pour 53 des 160 épisodes sanglants causés par Dieu directement, on ne possède aucun nombre précis de victimes. Or sur cette cinquantaine de crimes non comptés, on trouve des génocides, des famines et d’autres massacres de masses.

Le récit du déluge, par exemple, ne précise pas combien de personnes sont mortes, mais on sait qu’il ne restera sur Terre après cela que la famille de Noé et quatorze couples d’oiseaux et d’animaux. «Je ferai pleuvoir sur la terre quarante jours et quarante nuits, et j’exterminerai de la face de la terre tous les êtres que j’ai faits», assène Dieu dans La Genèse. Selon Steve Wells, le total des personnes tuées par Dieu pourrait donc avoisiner les 25 millions de personnes.

Répertoire baroque de meurtres

Le livre le plus sanglant est de loin le Deuxième livre des Chroniques, dans lequel Dieu aide Asa à tuer près d’un million d’hommes de l’armée de Zérach le Kushite, qui voulait l’envahir.

La méthode divine pour tuer est assez peu précise. La plupart du temps la Bible se contente de dire que Dieu les «frappa» ou les «fit mourir». Mais il existe aussi tout un répertoire baroque de meurtres, comme lorsque Dieu tue un grand nombre de Philistins pour avoir volé l’Arche d’alliance et inflige aux survivants des hémorroïdes. Oui, oui.

Dans un autre épisode, il tue deux «pécheurs» en leur infligeant une inflammation de l’intestin («Toi, tu seras frappé de nombreuses maladies, d’un mal d’entrailles tel que, par l’effet de ce mal, tu te videras jour après jour de tes entrailles»). Il lui arrive aussi de faire tomber des murs, d’envoyer un lion, deux ours, une armée de criquets et même des guêpes. Dieu a une imagination sans limites lorsqu’il veut se débarrasser de quelqu’un.

Autocrate incriticable

L’épisode le plus grotesque selon Vocativ tient sans doute à la tuerie opérée par David, «le plus grand assassin de la Bible lorsqu’il agit individuellement» selon le site, au moment où il veut acheter la fille du premier roi d’Israël, Saul. Pour ce faire, il tue 200 Philistins, et apporte leurs prépuces au roi (Premier livre de Samuel - Chapitre 18, tiret 27),  qui désirait se venger d’eux.

La Bible est pleine de meurtres qui apparaissent comme tout bonnement injustes, explique Steve Wells. Lorsque le peuple d’Israël se plaint à Dieu de n’avoir ni eau ni nourriture, la réponse de «Yahweh», qui se comporte alors comme un autocrate qui ne supporte pas les critiques, est d’envoyer des serpents brûlants pour anéantir les plaignants (Livre des Nombres, 21-6). Dieu, ce tyran, tua aussi 14.700 hommes qui s’étaient plaints qu’il avait tué des hommes pour rien. Il ne fait pas bon critiquer le divin… Ce qui fait dire à Steve Wells:

«Je ne vois pas comment quelqu’un peut lire ceci et penser: “Ah, ok, c’est bien. Je pense que Dieu a réellement perpétré ces meurtres et ça ne me dérange pas.” Je pense que la plupart des fidèles ne les connaissent pas, ou bien qu’ils choisissent de les ignorer.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte