Sciences

Générateur de catastrophes: faites exploser Tchernobyl dans votre ville

Temps de lecture : 2 min

Visualisez l'impact qu'aurait eu la catastrophe nucléaire, ou d'autres désastres comme Katrina ou l'éruption du Vésuve, si elle était survenue à deux pas de chez vous.

Le mardi 26 avril 2016 marque les trente ans de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, premier accident classé au niveau 7 sur l’échelle internationale des évènements nucléaires (INES) –le second étant la catastrophe de Fukushima, le 11 mars 2011. Plus de 200.000 personnes avaient été évacuées, soit les habitants de deux villes et de 70 localités situées dans un rayon de 30 kilomètres autour de la centrale.

À chaque désastre de cette ampleur, les chiffres se bousculent, souvent tellement grands qu’il est difficile de les comprendre depuis son lieu de vie, depuis son quotidien. Comment se sentir concernés par des catastrophes qui se déroulent à des milliers de kilomètres de nous? Cette difficulté porte un nom dans les rédactions, où on parle du «mort kilométrique». Axiome aussi cynique que profondément humain, cette «règle» veut qu’un mort dans votre rue compte autant que 10.000 de l’autre côté de la planète.

Pour aider à saisir l’importance d’événements comme Tchernobyl, voici «Une catastrophe à la maison», une application permettant de simuler ces catastrophes sur la ville de votre choix. Vous pourrez les superposer et ainsi visualiser leurs échelles respectives. Historiques ou fictifs, à vous de mesurer l’ampleur des dégâts.

Nicolas Boeuf Datajournaliste, j’enquête à l’aide de data et crée des applications d’informations interactives

WeDoData Studio de design d’informations, aimant particulièrement sonder les tableurs de données pour les rendre graphiques, pédagogiques et interactives

Newsletters

Le plan complètement fou pour refroidir la planète

Le plan complètement fou pour refroidir la planète

Selon des scientifiques, répandre du carbonate de calcium par avion pourrait réduire de moitié l'augmentation de la température mondiale.

Non, ce n'est pas «le sexisme» qui pousse à «moins prendre au sérieux» la douleur des petites filles

Non, ce n'est pas «le sexisme» qui pousse à «moins prendre au sérieux» la douleur des petites filles

Un scientifique alerte sur le mauvais traitement médiatique de son étude.

Au fond, le mouvement anti-vaccination est fondé sur la notion de privilège

Au fond, le mouvement anti-vaccination est fondé sur la notion de privilège

Le virus de la rougeole se propage rapidement dans le monde, laissant des victimes dans son sillage, faute de vaccination.

Newsletters