Sciences / Santé

Les babouins traumatisés pendant leur enfance meurent plus jeunes

Temps de lecture : 2 min

Un babouin femelle avec son bébé à Montevideo, en août 2012. AFP PHOTO/Miguel ROJO
Un babouin femelle avec son bébé à Montevideo, en août 2012. AFP PHOTO/Miguel ROJO

Des biologistes viennent de montrer que les babouins qui ont une enfance difficile vivent moins longtemps que les autres, rapporte New York Magazine.

Pour leur article publié dans la revue Nature Communications, l'équipe de scientifiques de Duke university a utilisé des données récoltées par le Amboseli Baboon Research Project depuis 1971 sur 196 babouins femelles au Kenya. Elles ont ensuite identifié les singes ayant eu les enfances les plus difficiles. Pour déterminer cette adversité, les biologistes ont utilisé plusieurs marqueurs, dont le décès d'un parent pendant l'enfance, la présence de périodes de sécheresse, ou encore la place de la mère dans la hiérarchie du groupe.

La plupart des femelles avaient eu des enfances assez faciles, mais vingt-neuf d'entre elles avaient été affectées par au moins trois facteurs potentiellement traumatisants. Or les biologistes ont trouvé que ces singes malchanceuses avaient une espérance de vie beaucoup plus courte que les autres.

«Les femelles qui font l'expérience de trois ou plus sources d'adversité pendant l'enfance meurent en moyenne dix ans plus tôt que les femelles qui ne sont confrontés qu'à une ou aucune circonstances adverse», écrivent Jenny Tung et ses collègues.

Les membres du groupe de babouins défavorisés vivaient neuf ans en moyenne alors que les autres mouraient environ dix ans plus tard. Elles avaient également moins d'enfants et moins de liens sociaux.

Chez les humains, le lien entre enfance difficile et mauvaise santé à l'âge adulte est en partie considéré comme indirect, par exemple causé par la consommation de drogue ou d'autres modes de vie à risque. Mais cette étude sur les singes -qui ne consomment pas de drogues ou d'alcool- suggère l'existence d'un lien biologique direct entre le fait d'être confronté tôt à l'adversité et une espérance de vie plus courte. Cela appuie les études publiées ces dernières années qui établissent un lien entre une enfance difficile et des problèmes médicaux à l'âge adulte et montrent la façon dont une enfance difficile, un traumatisme, des mauvais traitements, peuvent affecter le développement du cerveau.

Newsletters

Les piqûres de moustiques peuvent causer bien plus que quelques démangeaisons

Les piqûres de moustiques peuvent causer bien plus que quelques démangeaisons

Nous ne sommes pas tous égaux face aux moustiques. Non seulement certaines peaux les attirent davantage, mais en plus, les réactions à leurs piqûres varient d'une personne à l'autre.

Même sans avoir appris le solfège, la plupart des gens sont capables de suivre la théorie musicale

Même sans avoir appris le solfège, la plupart des gens sont capables de suivre la théorie musicale

Une nouvelle étude tend à montrer que même sans connaître les règles de la composition musicale, on les suit intuitivement.

Les hommes sont plus exposés au cancer que les femmes en raison de différences biologiques

Les hommes sont plus exposés au cancer que les femmes en raison de différences biologiques

Une découverte scientifique vient remettre en cause l'influence majeure du mode de vie dans le développement de la maladie, et penche davantage pour les particularités des sexes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio