France / Life

Les travailleurs nocturnes du métro

Temps de lecture : 2 min

La nuit, pendant que le métro est arrêté et que ses usagers dorment, des travailleurs cassent l'asphalte des quais, en remontent d'énormes plaques à l'extérieur, qu'ils portent sur leurs épaules. Et puis ils redescendent des sceaux de goudron bouillant pour reconstruire à neuf. Pas de matériel spécifique, pas de casque, de chaussure de sécurité. Pas même de visite médicale pour vérifier que ces nuits précaires les laissent indemnes. Et pour cause, ils sont sans-papiers.

France Info raconte dans un reportage multimédia les conditions de travail de ces immigrés illégaux, tous originaires de l'Afrique de l'Ouest. Au même temps, les sans-papiers repartent au combat, après le lancement d'une vaste grève, il y a 18 mois. Ils sont soutenus par 11 syndicats et associations et demandent leur régularisation.

Les journalistes de France Info se sont rendus sur les lieux pour prendre des sons et des photos, mais la SNCF prétend qu' «à sa connaissance» elle n'emploie pas de travailleurs illégaux. Elle a publié hier un communiqué pour l'affirmer. Le sous-traitant de la Ratp, Asten, à confirmé que «les sociétés d'intérim [leur] attestent formellement de la régularité des employés qu'elles mettent à [leur] disposition».

A voir les images prises par les journalistes, Asten reconnaît cependant qu'il semble bien s'agir de ses chantiers.

[Voir le reportage complet sur FranceInfo.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Al Ianni/métro

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters