Santé

Chaque entreprise a aussi sa propre culture… de microbes et de bactéries

Temps de lecture : 2 min

Des chercheurs viennent de démontrer qu'un microbiote est propre à chaque lieu habité.

PersonalGenomes.org / via FLickr CC License By
PersonalGenomes.org / via FLickr CC License By

On savait déjà que le microbiote intestinal d'un individu était unique, permettant de l'identifier avec une précision comparable à celle d'un test ADN ou d'empreinte digitale (même si le microbiote humain a tendance à évoluer). Les résultats de prélèvements effectués dans trois villes viennent d’apporter la preuve que chaque lieu habité avait lui aussi une signature microbienne spécifique. Ces résultats, publiés par une équipe de la Northern Arizona University, ont été obtenus en comparant des échantillons prélevés aux États-Unis, à San Diego et à Flagstaff ainsi qu’à Toronto au Canada, explique le site de NPR.

Le micriobiote désigne l’ensemble des bactéries, levures, champignons, virus qui cohabitent dans un environnement. Il peut être individuel comme c’est le cas de notre microbiote intestinal, ou collectif puisqu’il qu’un bâtiment, un espace public ou une voiture peut avoir son propre cocktail de microbes.

Les chercheurs ont étudié ces microbiotes dans neuf bureaux répartis dans les trois villes, et ont constaté que les «communautés de microbes» étaient assez similaires en fonction des entreprises où les prélèvements ont été effectués au sein d’une même ville. Ils ont aussi relevé que les microbiotes variaient d’une entreprise à l’autre, précise le site Fast Co Exist. Un résultat qui n’est pas surprenant dans la mesure où le microbiote de chaque lieu est composé à 25-30% des microbes que chaque être humain transporte avec lui, et pour le reste des microbes contenus dans l’environnement extérieur.

En d'autres termes, si vous passez une moyenne de 40 heures par semaine au travail, «25% de votre vie est passée à inhaler les bactéries de vos collègues», comme le formule Fast Co Exist... On peut tirer deux enseignements de ces résultats. Selon les auteurs, il sera possible à l’avenir de construire des bâtiments composés d’un microbiote plus sain pour tous ceux qui le fréquentent. Et on pourrait par ailleurs imaginer de remplacer les longs et parfois coûteux processus qui identifient la «culture d’entreprise» propre à chaque entité par une signature microbienne qui, à défaut d’être rajoutante, serait véritablement commune à l’ensemble des forces vives de l’entreprise…

Slate.fr

Newsletters

Faire la grasse matinée le week-end pourrait augmenter votre espérance de vie

Faire la grasse matinée le week-end pourrait augmenter votre espérance de vie

Une bonne excuse à dégainer pour trainer au lit.

Vive la clope et l’alcool, à bas la coke et l’héro

Vive la clope et l’alcool, à bas la coke et l’héro

«Aucun d’entre nous n’est adepte des drogues. Nous sommes partisans de la réduction des risques pour les usagers et croyons que tous les toxicomanes méritent notre attention et nos soins.»

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

«C’est compliqué» est un courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou...

Newsletters