Tech & internet

Le grand méchant des jeux vidéo est-il alien ou mort-vivant? Non, il est Russe

Temps de lecture : 2 min

La patrie de Vladimir Poutine continue à être la principale cible des héros des jeux de guerre et de tir à la première personne.

Call of Duty 4 - Modern Warfare | K putt via Flickr CC License by
Call of Duty 4 - Modern Warfare | K putt via Flickr CC License by

Et si les jeux vidéo de guerre alteraient notre façon de voir le monde ou en tout cas l'idée que l'on peut se faire d'un pays? Partis de cette hypothèse, deux chercheurs anglo-saxons, Brandon Valeriano de l'université de Cardiff et Philip Habel de l'université de Glasgow, se sont intéressés aux caractéristiques de l’ennemi que l’on y rencontre le plus fréquemment. Et non, ce ne sont pas des morts-vivants, ni même des terroristes: l’ennemi numéro 1 est russe.

L’étude s’est concentrée sur les jeux vidéo de guerre et en particulier les jeux de tir à la première personne comme Halo, Medal of Honor, Battlefield et Call of Duty. Après les avoir classés selon plusieurs critères, les scientifiques en ont retenu cinquante-sept qui se sont vendus à plus de 1,5 millions d’exemplaires entre 2001 et 2013. Douze d'entre eux proposent au joueur d’affronter un ennemi russe. Par exemple, dans un des niveaux de Call of Duty, intitulé «No Russian», le joueur incarne le rôle d'un soldat américain qui doit tuer des centaines de civils russes dans un aéroport.

Le Moyen-Orient loin derrière

Même en additionnant le nombre de fois où l’on rencontre un terroriste originaire du Moyen-Orient et un d'Amérique latine, on n’obtient pas celui obtenu pour la Russie. Seuls les humains génériques sans nationalité prédéfinie font mieux (13), les extraterrestres prenant la troisième place (11).

Afin d'approfondir le sujet, les deux chercheurs souhaitent maintenant déterminer si affronter en permanence le même ennemi russe n'a pas tendance à rendre le joueur moins tolérant à l'égard de la Russie. Une telle étude peut s'avérer très intéressante pour comprendre comment le jeu vidéo participe à la perception du pays. Surtout, dans un contexte international où les relations avec la Russie se sont nettement détériorées ces dernières années, notamment depuis son engagement en Ukraine et en Syrie.

Newsletters

N'oubliez pas que derrière nos écrans se cache un nouveau prolétariat

N'oubliez pas que derrière nos écrans se cache un nouveau prolétariat

Dans certains cas, la révolution numérique du travail ne consiste pas à automatiser, mais à faire travailler des gens dans des conditions pourries à l'autre bout du monde –ou en France.

Salt Bae ou fist-fucking: les différentes interprétations d'un nouvel émoji

Salt Bae ou fist-fucking: les différentes interprétations d'un nouvel émoji

L'émoticône des «doigts pincés» fait beaucoup parler d'elle sur internet.

Et si les VHS étaient les nouveaux vinyles?

Et si les VHS étaient les nouveaux vinyles?

Les ventes grimpent chaque année, et même l'université de Yale vient d'en acheter des milliers.

Newsletters