Boire & manger

Poulet, fruits, huîtres, noix: le pop-corn au temps de Shakespeare

Repéré par Lucie de la Héronnière, mis à jour le 22.04.2016 à 14 h 01

Repéré sur NPR

Que mangeaient les spectateurs des pièces du dramaturge anglais?

nuts | Alessandro Vasaturo via Flickr CC License by

nuts | Alessandro Vasaturo via Flickr CC License by

À l’occasion des 400 ans de la mort de William Shakespeare, NPR analyse dans plusieurs articles les liens entre la nourriture et l’auteur anglais, voire ses spectateurs. Et notamment que grignotaient les gens venus assister aux pièces de Shakespeare?

Dans les restes des théâtres du Globe et de La Rose, les archéologues ont appris beaucoup de choses sur les habitudes alimentaires du public. Julian Bowsher, du musée d’archéologie de Londres, a trouvé des traces de raisin, de figues, de mûres, de framboises et de prunes, ainsi que des os de petits animaux, ce qui suggère que les amateurs de théâtre «pourraient certainement avoir mangé du poulet froid».

L’archéologue évoque aussi des noix cassées et mangées pendant les spectacles, «les versions jacobéennes de ces exaspérants et bruyants mâcheurs de pop-corn assis derrière vous au Cineplex», écrit NPR. Les excavations sous les deux théâtres ont également mis à jour des coquilles d’huîtres, des mollusques d’ailleurs souvent mentionnés dans les pièces de Shakespeare.

Brasseries ouvertes

Ces collations pouvaient être achetées à des vendeurs sur le chemin du théâtre. Souvent, à l’époque de Shakespeare, les théâtres étaient accolés à une brasserie, «où l’on pouvait acheter de la nourriture et des boissons pour le spectacle», selon Bowsher. Et les employés de ces troquets venaient aussi sur les lieux de la pièce, pour vendre leurs produits directement aux spectateurs, et notamment du vin, de la bière, et de l’eau.

D’ailleurs, certaines auberges servaient alors parfois d’espaces de performances. Et ces endroits «ont probablement continué la préparation et le service des aliments et des boissons» en même temps que les spectacles, précise l’archéologue.

«Nous avons découvert le monde du travail de Shakespeare», conclut-il, et l’environnement dans lequel ses pièces étaient jouées. Et de toute évidence, l’auditoire passait «un moment bruyant… Occupé à manger et à boire tout en profitant du spectacle». 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte