Culture

Prince est mort, souvenons-nous de ses extravagances

Temps de lecture : 2 min

L'artiste américain est mort à l'âge de 57 ans. Si l'on se souvient de la folie et du génie de sa musique, on ne se souvient pas forcément des choses les plus incongrues de sa carrière et de sa vie.

Prince lors d'un concert aux Billboard Music Awards le 18 mai 2013. | Ethan Miller / AFP
Prince lors d'un concert aux Billboard Music Awards le 18 mai 2013. | Ethan Miller / AFP

Revoir Prince, retrouver les images de ses concerts, n'est pas chose facile. Il s'est assuré au fil des années que les vidéos de ses prestations ne soient pas disponibles sur internet. Il ne reste donc qu'à écouter sa musique, après l'annonce de sa mort ce 21 avril.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Mais en 2014, le site Vulture rappelait vingt-quatre histoires dont les mélomanes et les fans ne se souviennent pas forcément aujourd'hui. Comme le «Black Album» que Prince devait sortir en 1987 et qu'il a décidé de ne plus mettre en vente à quelques jours de son arrivée dans les bacs, supposément après avoir pris trop d'ecstasy (il a quand même sorti trente-deux albums). Tout le monde ne souvient pas non plus qu'il a fait du porte-à-porte pour les Témoins de Jéhovah«cela en a surpris quelques-uns», dira-t-il au New Yorker en 2008. Ou encore qu'il était capable de regarder des matchs de basket tout en jouant ses concerts. Ou qu'il a mis en scène une comédie musicale autour de L'Odyssée d'Homère, «Glam Slam Ulysses». Qu'il a sorti des enregistrements de Kim Basinger en 1989 dont certains disent qu'ils étaient enregistrés pendant que Prince et l'actrice faisaient l'amour. Qu'il ne voulait pas figurer sur l'album Bad de Michael Jackson, dont il critiquait par ailleurs les compétences au ping-pong. Qu'il trouvait que les colombes avait une belle voix. Que sa femme ne pouvait pas l'appeler, lui seul pouvait le faire. Qu'il avait son propre salon de coiffure pour se faire coiffer. Qu'il avait un nain de jardin dans l'une de ses chambres d'ami. Qu'il avait un régime très étrange. Mais aussi, qu'il n'avait pas pleuré depuis l'enfance.

Newsletters

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

«Les Crimes du futur» de Cronenberg n'est pas le choc annoncé

«Les Crimes du futur» de Cronenberg n'est pas le choc annoncé

Loin des rumeurs de film scandaleux, le nouveau film de David Cronenberg est une œuvre de science-fiction plutôt méditative… et incomplète.

Festival de Cannes, jour 7: «R.M.N.» cartographie l'écheveau des replis et régressions de la vieille Europe

Festival de Cannes, jour 7: «R.M.N.» cartographie l'écheveau des replis et régressions de la vieille Europe

Le film de Cristian Mungiu déploie dans toute son ampleur un constat que décrivent aussi plusieurs autres films du festival, dont deux beaux films portugais étrangement similaires, «Alma Viva» et «Restos do Vento».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio