Monde

Les États-Unis ont des preuves de la collaboration Boko Haram-Daech

Temps de lecture : 2 min

Un gradé de l'armée a confirmé que les deux groupes partageaient des armes et des tactiques sur le front.

Attentat de Boko Haram au Nigéria I STR / AFP
Attentat de Boko Haram au Nigéria I STR / AFP

Selon des responsables de l’armée américaine, les deux groupes terroristes les plus redoutés actuellement, l'État islamique et Boko Haram, ont entamé une collaboration étroite. Le général Donald C. Bolduc, commandant des opérations spéciales de l'armée américaine en Afrique, a évoqué des armes envoyées par les combattants de l’État islamique en Libye pour être livrées dans la région du lac Tchad, tenue par Boko Haram, relate le New York Times. Un indice concret d’une association entre les deux groupes depuis l’allégeance à Daech par Boko Haram l’année dernière.

Le but de cette collaboration renforcée serait de s’attaquer aux alliés américains en Afrique, alors que «le continent devient de plus en plus un champ de bataille dans la guerre de l’Occident contre l’Islam militant». Les États-Unis ont fait le choix de soutenir des gouvernements autoritaires de la région dans leur lutte contre les groupes islamistes armés, qu’il s’agisse de Boko Haram, d’al-Qaida au Maghreb islamique ou de Daech. C’est notamment le cas au Tchad, où l’ambassadeur des États-Unis à l’ONU, Samantha Power, a rencontré mercredi le président Idriss Déby, au pouvoir depuis 1990 et en première ligne dans la lutte contre de djihadisme.

Selon le général Adeosun, à la tête de la force armée régionale africaine qui combat le groupe terroriste, ce dernier s'attaque moins à des cibles militaires et a multiplié les attaques contre les civils, sur les marchés ou dans les mosquées. Le groupe recourt de plus en plus aux enfants, en particulier à des jeunes filles, pour des opérations suicides.

Slate.fr

Newsletters

La Nasa n’arrête pas de perdre des trésors inestimables

La Nasa n’arrête pas de perdre des trésors inestimables

Perdus, volés ou vendus, des équipements historiques ont échappé au fil du temps au contrôle de l’agence spatiale.

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

Comme les milieux religieux, la communauté tech est très divisée sur le phénomène Bolsonaro. Sur le point d'être élu grâce aux réseaux sociaux, il ne sera pas forcément pour autant un président favorable aux nouvelles technologies.

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

En Chine, l’industrie du vélo en libre-service est si florissante que des milliers de bicyclettes fanent aux quatre coins des villes.

Newsletters