Culture

La danse classique n’est pas réservée aux blanches: cette photo le prouve

Nadia Daam, mis à jour le 21.04.2016 à 17 h 39

Nombreuses sont les initiatives qui visent à promouvoir la diversité dans le monde du ballet.

Photo du studio de danse En Pointe (capture d’écran Facebook)

Photo du studio de danse En Pointe (capture d’écran Facebook)

Avec près de 50.000 partages en quarante-huit heures, le studio de danse En Pointe, basé en Louisiane, aux États-Unis, a atteint son objectif: présenter au monde sa troupe de danseuses et mettre habilement sur le tapis la question de la diversité dans le monde du ballet. En publiant sur son compte Facebook une sublime photo représentant une trentaine de jeunes, et même de très jeunes, danseuses noires, le studio écrivait que «la photo parl[ait] d’elle-même». Elle est en effet éloquente et tranche avec l’imagerie habituellement véhiculée quand il est question de danse classique.

Le cliché participe par ailleurs à un plus vaste mouvement qui vise à promouvoir de façon très concrète la diversité dans la danse classique.

C’est par exemple ce que s’efforce de faire le compte Instagram Brown Girls do Ballet, adossé à une organisation regroupant danseurs, enseignants et propriétaires de studio qui, tous, tâchent de soutenir les jeunes femmes non blanches souhaitant faire carrière dans la danse classique. Les fondatrices, Takiyah Wallace et Britani Marie, avaient expliqué la création du compte Instagram par le fait qu’elles espéraient aider les jeunes femmes à briser le plafond de verre en commençant par «leur montrer des exemples».

Leur compte Instagram avait notamment fait parler de lui lors de la diffusion d’une vidéo dans laquelle des danseuses faisaient des pointes sur le titre «Omen» de Sam Smith et Disclosure.

 

Anomalie esthétique

C’est aussi à un jeune public que s’adresse le livre rédigé par les deux cofondatrices The Ballerina’s Little Black Bookqui compile photos, conseils et récits de danseuses célèbres, dont celui de Misty Copeland, la première Afro-Américaine à être nommée danseuse principale de l’American Ballet Theatre de New York. Cette dernière a régulièrement fait état des discriminations dont elle a été victime et de la ténacité dont elle a dû faire preuve pour parvenir à s’imposer dans un milieu qui considère encore qu’une danseuse noire est une anomalie esthétique.

Elle avait notamment mis en scène l’ostracisation des danseurs noirs dans une vidéo sponsorisée par la marque de vêtements de sport Under Armour, dans laquelle une voix off de fillette lisait les nombreuses lettres de refus reçues par la ballerine au fil des années.

 

Benjamin Millepied, ex-directeur de la danse à l’Opéra de Paris, avait aussi tenté, comme nous vous l’expliquions sur Slate en décembre 2015, de mener un combat en faveur de la diversité. En vain:

«J’ai envie d’avoir une compagnie en 2015 qui soit diverse, qu’on ait des danseurs de nationalités différentes, de couleurs différentes sur scène. J’ai entendu très clairement en arrivant qu’on ne met pas une personne de couleur dans un corps de ballet parce que c’est une distraction: c’est-à-dire que, s’il y a vingt-cinq filles blanches avec une fille noire, on ne va regarder que la fille noire. Un corps de ballet, tout le monde doit être pareil; pareil, ça veut dire que tout le monde doit être blanc.

 

Quand on arrive des États-Unis et qu’on entend ça, ça fait peur. Je vais commencer à dire que c’est un problème. C’est une énorme connerie de dire ça. Il faut que je casse cette idée qui est raciste. Comment on va changer le public du ballet si on n’a pas des gens sur scène dans lesquels le public peut se reconnaître? Si nous, avec l’art, on ne peut pas être un exemple pour notre société, alors où va-t-on?»

Une question cruciale que certains ont pourtant jugée «inutile».

Nadia Daam
Nadia Daam (199 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte