Sciences

On sait déjà que 2016 battra tous les records de chaleur

Temps de lecture : 2 min

L'été sera chaud et c’est une très mauvaise nouvelle pour tout le monde.

Il faut normalement attendre novembre pour savoir si une année bat des records de chaleur | Guian Bolisay via Flickr CC License by

Non, le pire n’est pas la mauvaise chanson que vous avez désormais dans la tête mais bien la conclusion de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), signale Slate.com: les scientifiques sont déjà en mesure d’affirmer que 2016 sera l’année la plus chaude depuis le début des enregistrements en 1880.

Une conclusion aussi partagée par Gavin Schmidt, directeur de l’Institut Goddard de la Nasa pour les études spatiales:

«Trop tôt? J’estime à plus de 99% la probabilité que 2016 soit une année record dans la base de données de températures de l’Institut Goddard.»

La NOAA a confirmé que mars 2016 a été le plus chaud de tous les mois de mars enregistrés. Un phénomène qui s’est répété onze mois d’affilée, soit presque un an de tristes records discontinus. Pire: l’écart entre les valeurs normales et les températures observées en mars 2016 est le plus grand depuis 1880, tous mois confondus.

La chaleur est aussi liée à El Niño, un phénomène climatique qui se répète tous les quatre à six ans environ. Les scientifiques pensent cependant qu’il s’appuie sur l’activité humaine pour gagner en fréquence et en intensité. Car, contrairement aux records battus depuis onze mois, El Niño est un phénomène ancien, indépendant de l’ère industrielle.

Pic de dioxyde de carbone

Le 10 mars, l’observatoire de Mauna Loa (Hawaï) a identifié un pic de dioxyde de carbone (l’un des gaz à effet de serre) à un niveau que la Terre n’a pas connu depuis des millions d’années. Une concentration dangereuse pour le climat qui ne peut être imputée qu’à l’activité humaine.

Les conséquences de cette chaude année débutée il y a seulement quatre mois sont multiples: 93% de la Grande barrière de corail blanchit, de manière mesurée à très importante, ce qui signifie qu’elle est en train de s’affaiblir voire de mourir. Or, un milliard d’humains dépendent de ces coraux et de l’écosystème qu’ils abritent. Et nous ne sommes qu’en avril.

«J’ai montré les résultats de surveillances aériennes du blanchiment de la Grande barrière de corail à mes étudiants. Et puis nous avons pleuré.»

La rapidité croissante du changement climatique, qui se fait normalement sur un millénaire, amplifie les craintes de scientifiques sur la capacité d’adaptation des espèces, des oiseaux migrateurs aux humains habitant les villes côtières.

Slate.fr

Newsletters

 Des scientifiques ont caché le visage de Trump dans un dessin d'excréments de babouin

Des scientifiques ont caché le visage de Trump dans un dessin d'excréments de babouin

Une étude sur l'utilisation d'excréments d'animaux pour séquencer l'ADN avait une image de Trump cachée dans une illustration d'étron.

Faut-il faire revivre les espèces animales disparues?

Faut-il faire revivre les espèces animales disparues?

Les avancées scientifiques devraient bientôt permettre de cloner des animaux éteints. Mais est-ce vraiment la chose à faire?

Le changement climatique met en danger les truffes

Le changement climatique met en danger les truffes

Des chercheurs prédisent un déclin de 78% à 100% de la production du précieux champignon d'ici la fin du siècle.

Newsletters