Parents & enfants

Faut-il confier le choix du prénom de son enfant à des professionnels?

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 20.04.2016 à 12 h 24

Certaines agences spécialisées dans le «naming» ont trouvé une nouvelle clientèle: les parents anxieux de l'avenir de leur enfant.

Royal baby names / Jonathan Rolande/House By Fast via Flick CC License By

Royal baby names / Jonathan Rolande/House By Fast via Flick CC License By

Quand ils choisissent un prénom pour leur enfant, les futurs parents souhaitent affirmer leur individualité en se démarquant des choix des autres parents. C’est ce qu’illustre la dispersion des prénoms (le fait qu’on les pioche dans un répertoire de plus en plus large). Les plus superstitieux (ou les plus réalistes) estiment que le prénom d’un enfant peut avoir une influence déterminante sur sa vie adulte, qu’il s’agisse de sa réussite professionnelle ou de sa popularité (sans compter sa mention au bac).

On comprend donc que face à un choix aussi engageant et lourd de conséquences, des professionnels aient pris le relais des parents. On peut ainsi recourir à une agence de «nommage» (le «naming» en anglais), explique un article du site Bloomberg. Erfolgswelle, une agence suisse spécialisée dans la création et la recherche de nom de marque, propose par exemple une prestation de «branding» d’enfant. Il s'agit carrément de créer un prénom unique. La mission est facturée 31.000 dollars, le même tarif que pour la création d'un nom de marque internationale. Elle comprend une phase de cherche de trois semaines.

Cette exploration permet à l’agence de vérifier que le prénom ne fait pas l’objet d’un dépôt de marque commerciale. Des historiens se penchent sur les événements historiques ou mythologiques associés au prénom envisagé. Sur son site, l'agence présente de nombreux tableaux statistiques visant à démontrer l'influence capitale du prénom sur la vie de l'enfant. Aviez-vous par exemple remarqué que les PDG aux prénoms courts (comme Mark Zuckerberg ou Bill Gates) réussissaient particulièrement bien?

Mesures de popularité

À New York, l'agence My Name for Life propose des tarifs plus abordables, à partir de quelques centaines de dollars pour 30 heures de recherches à partir de prénoms existants. Mais comment objectiver les chances de réussite d’un prénom? C’est toute la difficulté de l’entreprise. Le recours à des sondages permet en partie de mesurer la popularité d’un prénom, les connotations qui lui sont associées et les impressions qu’il produit sur les autres. Cette enquête est completée par le recours à des spécialistes qui déterminent si le prénom est adapté à l'état et à l'évolution probable d'une communauté, d'une génération, etc. Les questionnements peuvent aller loin, comme quand il s'agit de choisir un prénom américain qui sera facilement prononçable à l'étranger.

Reste à savoir si la professionnalisation de la sélection de prénom peut parer à toutes les éventualités et envisager tous les scénarios possibles. Pensons au calvaire de ces jeunes américaines prénommées «Isis» dans les années 1990-2000 avant que l'État islamique n'en fasse son acronyme en langue anglaise...

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte