Monde

Le graphique qui devrait effrayer le Parti républicain

Temps de lecture : 2 min

Oups.

Graphique de Real Clear Politics
Graphique de Real Clear Politics

Avec leur victoire dans l’État de New York, dans la nuit du 19 au 20 avril, Hillary Clinton et Donald Trump augmentent un peu plus leur avance dans la course aux délégués dans le cadre des primaires démocrate et républicaine.

Et si jamais ces deux candidats venaient à s’affronter lors de l’élection présidentielle en novembre 2016, Hillary Clinton ne devrait pas avoir trop de problèmes pour devenir la première femme présidente des États-Unis.

C’est en tout cas ce que laisse entendre un graphique de l’institut de sondages Real Clear Politics, repéré par Vox. Si, en février, les deux candidats semblaient au coude à coude, l’écart est désormais remonté à une petite dizaine de points.

Real Clear Politics

Et si, jusque-là, les sondages pour la présidentielle pouvaient être balayés d’un revers de la main, parce que l’élection de novembre est encore si lointaine, Vox indique que, selon des universitaires, c’est à partir de mi-avril que l’on peut commencer à prédire le gagnant. Et plus on va se rapprocher de l’élection, plus ces résultats seront fiables.

Au même moment en 2012, Mitt Romney avait 2,9 points de retard. Barack Obama s’était finalement imposé avec 3,9 points d’avance.

Cet écart entre Romeny et Obama en avril est similaire à celui entre Clinton et Cruz actuellement (+2,3 points pour la candidate démocrate). En revanche, l’ancienne secrétaire d’État s’inclinerait face à John Kasich.

À l’inverse, comme le rappellent ses soutiens depuis de nombreux mois (alors que l’on sait que les sondages ne sont pas forcément fiables à ce stade de la course), Sanders s’en sortirait nettement mieux face aux candidats républicains. Le sénateur du Vermont s’imposerait encore plus largement contre Trump (+15 points) ou Cruz (+11 points). Par ailleurs, les rares sondages opposant Sanders à Kasich semblent donner le démocrate vainqueur. À noter que ces différents sondages n’envisagent pas l’arrivée d’un nouveau candidat à l’issue de la convention républicaine.

Pour en revenir aux sondages opposant Clinton à Trump, Vox indique qu’ils résument le désastre qui attend le Parti républicain s’il venait à investir le magnat de l’immobilier.

«C’est le genre de chiffres qui pourraient permettre aux Démocrates de reprendre le Sénat. Le genre de chiffres qui offrent aux Démocrates une chance de reprendre la Chambre des représentants. Le genre de chiffres qui offrent à Clinton –une candidate assez polarisante– la possibilité d’envisager une victoire dans un fauteuil. Il est encore tôt, c’est vrai. Et beaucoup de choses peuvent se produire d’ici novembre. Mais ce sont des chiffres terrifiants pour les Républicains. Ce ne sont pas des chiffres que vous voulez voir quand vous investissez l’une des célébrités les plus connues des États-Unis, et quand même votre parti n’est pas uni derrière elle.»

Slate.fr

Newsletters

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Les deux camps avaient tort.

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

Les propriétaires des quartiers chics londoniens ne veulent plus des extensions souterraines démesurées des résidences de leur voisinage.

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

Certains experts estiment que Pékin pourrait bien laisser décroître encore plus la valeur de sa monnaie par rapport au dollar.

Newsletters