Santé

«J'ai effacé son numéro parce que je n'arrêtais pas de vérifier sur WhatsApp s'il était en ligne»

Temps de lecture : 5 min

Cette semaine, Lucile conseille Vanessa, une femme mariée qui a eu un coup de foudre pour un inconnu rencontré dans une gare.

D'après Agnolo Bronzino | Mike Licht via Flickr CC License by
D'après Agnolo Bronzino | Mike Licht via Flickr CC License by

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse:[email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c'est ici.

J'ai 31 ans et je suis originaire du Togo. Cela fait à peu près deux ans et demi que je suis mariée avec un homme formidable, et, en tout, sept ans et demi que nous sommes en couple. C'est une très belle relation, pleine de joies, de rires, de complicité, de liberté, de soutien mutuel et de projets communs. Bien sûr elle a, comme toute relation, son lot de tracasseries et même de frustrations. Mon mari est lui aussi originaire du Togo et nous vivons tous les deux en Angleterre où nous nous sommes rencontrés pendant nos études.

Bien que je croie au concept d'âme sœur ou plutôt de cette personne qui est faite pour nous et qui est la seule avec laquelle on peut s'épanouir pleinement (et mon mari est la mienne), je n'ai jamais cru au coup de foudre. Je crois plutôt en cet amour qui prend le temps de s'épanouir et de mûrir avec le temps et les épreuves qu'on traverse. D'ailleurs, mon époux et moi avons été deux ans très bons amis avant de devenir un couple.

Je suis en général quelqu'un de profondément fidèle. Il m'arrive bien sûr d'être plus ou moins attirée par d'autres hommes, que ce soit en passant dans la rue ou au hasard d'une rencontre dans de quelconques circonstances, mais jamais je n'ai laissé la porte ouverte au moindre dérapage. Je n'étais donc absolument pas préparée à ce qui m'est tombé dessus il y a aujourd'hui dix-huit mois.

Je me trouvais à la gare quand un homme, un Anglais, s'est approché de moi et a engagé la conversation. Et moi qui jamais n'ai donné mon numéro à un inconnu lui ai donné le mien. C'était étrange, je me suis aussitôt sentie en confiance, comme si je le connaissais. Ensuite, on s'est écrit pendant quelques jours. Il disait qu'il était tombé amoureux de moi dès qu'il m'avait vue, que j'étais parfaite pour lui et que c'était dommage que nous ne soyons pas connus quelques années plus tôt, tandis que moi je me moquais gentiment de lui pour ne pas avouer que je ressentais exactement la même chose! Je ne comprenais pas ce qui m'arrivait.

Je me suis attachée à lui d'un coup. J'aimais son humour, sa spontanéité, sa franchise, sa vision de la vie et le fait qu'il m'écoute et semble vraiment s'intéresser à ce que je pensais et ressentais. Je commençais aussi à entrevoir ses défauts, mais n'en étais pas rebutée pour autant. Et pourtant, en même temps, je n'avais l'intention ni de tromper, ni de quitter mon mari.

Nous nous sommes revus ensuite une seule fois, au cours de laquelle nous avons longuement parlé. Il voulait être avec moi mais ne voulait pas d'une relation dans laquelle il me partagerait avec quelqu'un d'autre. Et moi, je voulais tout et rien à la fois. J'étais complètement perturbée devant la soudaineté et la violence de ce que je ressentais. Nous nous sommes embrassés, c'était indescriptible. J'avais simplement l'impression d'être à ma place. Bien que loin d'être parfait, cet homme représentait en bonne partie une manifestation de mes fantasmes, aussi bien physiquement que moralement.

Je pensais que je l'oublierais avec le temps, mais c'est tout le contraire. Mon cœur s'emballe toujours autant chaque fois que je crois le reconnaître dans la rue

À un moment, j'ai remarqué qu'il était devenu distant, ne m'écrivant que pour répondre à mes messages; tout en restant aussi gentil qu'avant. D'un commun accord, nous avons décidé de tout arrêter. Il m'a d'ailleurs dit deux semaines plus tard avec tristesse qu'il avait rencontré quelqu'un et qu'il allait peut-être essayer de la connaître. J'ai eu terriblement mal, mais en même temps j'étais heureuse pour lui.

Malgré notre accord de rester en contact, ni lui ni moi n'avons plus donné signe de vie. Deux semaines plus tard, j'ai effacé son numéro de mon portable parce que je n'arrêtais pas de vérifier sur Whatsapp s'il était en ligne et sinon quand il s'était connecté pour la dernière fois. Mon cœur saignait qu'il ne m'écrive pas, et je résistais de moins en moins à la tentation de lui écrire. Alors, j'ai préféré couper court.

Aujourd'hui, dix-huit mois plus tard, il me manque, c'est aussi simple que ça. J'ai toujours cet horrible sentiment d'être passée á côté de quelque chose de merveilleux. Je pensais que je l'oublierais avec le temps, mais c'est tout le contraire. Mon cœur s'emballe toujours autant chaque fois que je crois le reconnaître dans la rue. Il y a toujours de petites choses qui me rappellent le temps, pourtant si court, passé avec lui.

Avec mon mari, rien n'a changé, ni dans notre relation ni dans ce que j'éprouve pour lui.

Alors je me demande pourquoi est-ce que je n'arrive pas à l'oublier après tout ce temps? Est-ce normal de s'attacher aussi vite à quelqu'un que finalement on connaît à peine? Il m'arrive très souvent de regretter d'avoir effacé son numéro.

J'ai toujours pensé qu'il était impossible d'«aimer» deux personnes à la fois, mais il semble bien que c'est ce qui m'arrive...

Vanessa

Chère Vanessa,

Je vais être très claire avec vous: parce que j'ai déjà vécu une expérience similaire (qui s'est concrétisée à la différence de la vôtre), je crois au polyamour. Je crois qu'on peut aimer deux personnes simultanément et qu'il est même possible de faire vivre ces amours sans tromperies malsaines. Ça n'a rien à voir avec du libertinage ou la peur de ne pas savoir finir une relation ancienne. C'est un sentiment merveilleux où chaque relation séparée vient compléter l'autre et lui donner de la force.

Bien sûr, c'est un idéal. Dans les faits, la mise en place d'un tel schéma relationnel est extrêmement compliquée et très éprouvante physiquement et émotionnellement pour la personne qui se trouve être le pivot des deux relations. Il n'en reste pas moins que c'est possible.

Dans votre cas précis, et même si vous étiez encore en contact avec la personne qui a su vous charmer, la question est tuée dans l'œuf par le fait qu'au moins un «élément» ne désire pas vous partager. C'est la condition sine qua non au polyamour: les membres de la relation doivent être consentants.

Toutes les histoires ne sont pas faites pour durer. Parfois, un instant magique suffit à marquer une vie

Je vais donc vous répondre comme je le fais rarement dans cette chronique mais il vous faut faire votre deuil. Si vous aimez votre mari et souhaitez continuer à construire avec lui, si vous aimez cet homme mystérieux mais qu'il ne désire pas vous partager alors il y a une incompatibilité irrémédiable. Vous fatiguer à convaincre l'un et l'autre du bien fondé de cette configuration serait stérile et apporterait trop de souffrance. Faites votre deuil de cette histoire impossible, chérissez son souvenir et remerciez-le pour ce qu'il vous apporté: une meilleure connaissance de vous-même.

Cette rencontre vous a fait grandir et il faut l'accepter comme telle, toutes les histoires ne sont pas faites pour durer. Parfois, un instant magique suffit à marquer une vie. C'est également ce que j'ai appris dans mon expérience du polyamour: il est impossible de tout contrôler, et en aimant l'autre (a fortiori quand il a deux autres), il faut également accepter qu'il ne joue pas le jeu.

Je sais que vous en souffrez encore actuellement mais je vous assure que l'expérience que vous avez vécue est une chance et un cadeau. Dans nos vies aseptisées, être touchée émotionnellement par l'autre n'est pas commun. Continuez votre chemin, continuez à grandir, à ressentir, à vous émerveiller. Si cette histoire n'a pas eu lieu, vous en avez définitivement profité en prenant de la sagesse.

Newsletters

La sieste post-déjeuner serait-elle la solution pour s'adapter aux fortes chaleurs?

La sieste post-déjeuner serait-elle la solution pour s'adapter aux fortes chaleurs?

Les pays du nord de l'Europe envisagent d'adopter le rythme de travail des Espagnols et des Italiens afin de s'accommoder aux températures élevées.

Notre eau du robinet est excellente et nous n'en profitons pas assez

Notre eau du robinet est excellente et nous n'en profitons pas assez

De traitements en contrôles, tout est mis en place de façon à la rendre aussi irréprochable que possible.

Pourquoi avons-nous des grains de beauté?

Pourquoi avons-nous des grains de beauté?

[L'Explication #71] Ces taches, qui font ressembler certaines peaux à un cookie aux pépites de chocolat, sont de vraies anarchistes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio