Science & santé

Le cerveau des maris violents ne fonctionne pas comme celui des autres criminels

Repéré par Peggy Sastre, mis à jour le 19.04.2016 à 17 h 11

Repéré sur Social Cognitive & Affective Neuroscience, Université de Grenade

L'étude du fonctionnement cérébral des hommes qui s’en prennent à leur compagne peut permettre de mieux comprendre les comportements et ressentis qui leur sont spécifiques.

Lorsqu’ils visionnent des images de violence intime, les «maris violents» présentent une activité neurovasculaire soutenue | Franklin Heijnen via Flickr CC License by

Lorsqu’ils visionnent des images de violence intime, les «maris violents» présentent une activité neurovasculaire soutenue | Franklin Heijnen via Flickr CC License by

Pour la première fois, des scientifiques ont comparé les fonctions cérébrales d’hommes coupables de «violences intimes» –ils s’en étaient pris à leur compagne ou ex-compagne– et celles d’autres types de criminels.

Selon les observations d’une équipe de chercheurs de l’Université de Grenade, en Espagne, lorsqu’ils ont visionné des images de violence intime, les vingt-et-un «maris violents» suivis ont présenté une activité neurovasculaire plus soutenue dans le cortex cingulaire antérieur, le cortex cingulaire postérieur et le cortex préfrontal médian que lorsque d’autres types de criminels (au nombre de vingt) étaient soumis à d’autres exemples de violence. Par contre, l’activation de leur gyrus frontal supérieur est inférieure.

Les résultats de cette étude, publiée dans la revue Social Cognitive & Affective Neuroscience, pourraient –c’est une hypothèse que font les chercheurs et qu’il leur faudra étayer– expliquer certains comportements et ressentis spécifiques aux maris violents: le fait qu’ils soient souvent obsédés par leur partenaire, qu’ils n’arrivent pas à bien réguler leurs émotions et partent dans des bouffées de rage, d’angoisse ou qu’ils aient encore pathologiquement peur de l’abandon.

La violence exercée par un partenaire intime (VPI) désigne, selon la classification de l’OMS, les «sévices physiques et sexuels, la maltraitance psychologique et les comportements tyranniques et dominateurs des partenaires intimes». Un type de violence particulièrement délétère pour les femmes, vu que la moitié des victimes féminines d’homicide se font tuer dans ce cadre.

Selon le principal coordinateur de l’étude, Miguel Pérez García, spécialiste du fonctionnement cérébral et mental des auteurs de violences conjugales et travaillant depuis des années sur leur profil de récidive, ses résultats «pourraient avoir d’importantes implications pour mieux comprendre les violences envers les femmes, mais aussi les variables relatives à la récidive des auteurs de violences physiques».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte