Science & santé

«J'ai découvert par hasard qu'elle était partie en week-end avec un autre»

Lucile Bellan, mis à jour le 19.04.2016 à 12 h 09

Cette semaine, Lucile conseille Olivier, un homme passionné de sport dont le couple est parti à la dérive et qui tente aujourd'hui de reconquérir sa femme.

Printemps | de Pierre-Auguste Cot via Wikimedia CC License by

Printemps | de Pierre-Auguste Cot via Wikimedia CC License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse:[email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Voilà, cela fait quinze ans que je suis avec mon épouse avec laquelle nous avons eu trois enfants. J’adore ma femme mais j’ai aussi une passion dévorante pour mon sport favori. J’y consacre beaucoup de temps et d’énergie, ça a commencé même avant qu’elle me connaisse. Depuis quelques années, le quotidien nous a un peu «bouffé» et il y a quelques semaines, ma femme est partie en virée avec une copine en province. Le souci c’est que j’ai découvert par hasard que ce n’était pas le cas. Elle était partie avec un autre pour un week-end… Grande claque dans la figure et grosse remise en question de ma part. 

Depuis, on a beaucoup discuté et j’ai changé beaucoup de choses chez moi. J’ai réfléchi plus d’une fois et j’ai compris que le centre d’intérêt de ma vie était mon épouse et non le sport. J’ai fait donc attention à elle, essayé de lui porter le maximum d’amour, lui ai proposé un week-end en amoureux récemment (chose que je n’avais pas faite auparavant ou si peu). Je me sens un peu comme un amoureux lors des premiers instants, toujours à vouloir être à ses côtés, l’avoir dans mes bras, savoir ce qu’elle fait, etc…

En plus côté sexe, on n’a jamais fait autant l’amour dans un intervalle aussi proche. Cette période a duré deux mois dans l'excès car je pensais qu'en la sollicitant sans cesse, en étant toujours près d’elle, je pourrais me rattraper de mes absences du passé. Maintenant je conçois que cette période ait pu paraître oppressante et que l’on soit maintenant dans la situation inverse. 

Dois-je lui donner du temps pour que cette ex-relation s’éteigne à petit feu?

Là où je souffre c’est que si pour moi le futur ne peut se faire qu’avec elle, de son côté elle me demande du temps et continue de correspondre avec son ex-amant. Elle ne le voit plus, m’assure qu’elle ne fera pas sa vie avec mais continue à échanger par SMS et téléphone.

Est-ce normal de trouver cette situation malsaine ou dois-je lui donner du temps pour que cette ex-relation s’éteigne à petit feu sans rien faire?

Olivier

Cher Olivier,

La vie vous a éloignés. Peut-être est-ce un peu de votre faute, peut-être est-ce un peu de la sienne et peut-être que le temps a tout simplement fait son office. Même si, dans l’idéal, on imagine l’amour, le vrai, durer toute la vie, la vérité c’est que ceux qui arrivent à faire perdurer la passion avec les années sont des exceptions.

Quoi qu’il se soit passé avec les années, ça ne sert à rien d’établir la liste des fautes. Aujourd’hui, votre femme a pris une décision, elle est entrée dans l’action et s’est éloignée de vous.

Vous pouvez faire mine de changer pour elle et la sur-solliciter, il n’en restera pas moins que le ver est dans le fruit. Que valent les bonnes résolutions face à des années d’une situation décevante ou problématique? Au regard de mon expérience de divorcée, je suis au regret de vous annoncer que la valeur est minime. Parce que le mal a déjà été fait. Parce que si elle a déjà été voir ailleurs, c’est qu’elle n’avait plus tellement d’espoir pour votre relation.

Vous changez avec la rage du desespoir, mais à un moment, il faudra bien que l’un de vous deux retire le sparadrap

Est-ce que cette situation est malsaine? Probablement un peu. Mais elle l’est parce qu’une relation est en train de mourir avec l’aide d’une autre comme béquille. C’est en fait parce que les années vous lient qu’elle n’est pas capable de reprendre simplement sa liberté. C’est un pas difficile, douloureux et irrévocable et ni vous ni elle n’êtes prêt à le faire. J’ai déjà fait ce mauvais choix. Il a évidemment été la cause de bien des souffrances et d’une rupture où tout le monde a été humilié. Si je le regrette aujourd’hui –j’aurais dû partir sans avoir besoin d’attendre d’être engagée avec quelqu’un d’autre–, je ne vois pas comment j’aurais pu trouver le courage de quitter sans drame la personne que j’avais épousée quelques années auparavant. Notre relation dans laquelle j’avais tant investi ne pouvait se finir que dans la tempête.

Vous changez donc avec la rage du désespoir. Vous retrouvez des sentiments perdus. Peut-être avez-vous conscience au fond de vous que ces instants sont un chant du cygne. Mais à un moment, il faudra bien que l’un de vous deux retire le sparadrap.

Une dernière chose: le centre d’intérêt de votre vie ne peut, ne doit pas être votre épouse. Une relation se nourrit justement de ces centres d’intérêts communs ou séparés mais jamais d’elle-même. Sinon, c’est un culte et sans aucun doute une assurance pour l’échec.

Le constat d’échec est dur mais les torts sont partagés. Ne continuez pas plus ce chemin de croix stérile, refaites votre vie en prenant bonne note de ces leçons et vous aurez une chance d’être plus heureux.

Lucile Bellan
Lucile Bellan (173 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte