Sports

Michel démis de ses fonctions: et un, et deux, et trois entraîneurs pendant la même saison!

Temps de lecture : 2 min

En 2014, Vincent Labrune trouvait que «ça n’aurait pas de sens de mettre trois entraîneurs sur le banc durant la même saison».

Michel et Franck Passi, le 23 août 2015, lors de la victoire de Marseille face à Troyes (6-0) | BERTRAND LANGLOIS/AFP
Michel et Franck Passi, le 23 août 2015, lors de la victoire de Marseille face à Troyes (6-0) | BERTRAND LANGLOIS/AFP

Les supporters marseillais vont pouvoir souffler. Michel a été finalement démis de ses fonctions, ce 19 avril. L’entraîneur espagnol de l’Olympique de Marseille a annoncé «son départ à ses joueurs, juste après son arrivée à la Commanderie [le centre d’entraînement marseillais] à 9h30».

Ce n’est pas l’entraîneur marseillais qui a décidé de ce départ, laisse entendre le club, dans un communiqué publié sur son site:

«Compte tenu du comportement de Michel, notamment durant ces trois dernières semaines, la SASP Olympique de Marseille l’a suspendu avec effet immédiat et convoqué à un entretien préalable.»

C’est son adjoint, Franck Passi, qui lui succèdera jusqu’à la fin de la saison, accompagné de... Basile Bali (sic). Franck Passi avait déjà joué ce rôle après le départ surprise de Marcelo Bielsa, en août 2015, après la première journée de championnat.

Il sera donc le troisième entraîneur marseillais de la saison. Il y a deux ans, lors de la saison 2013-2014, le président de l’OM, Vincent Labrune considérait que, trois entraîneurs en une saison, cela faisait beaucoup. Au mois de janvier 2014, il avait alors renouvelé sa confiance dans son entraîneur, José Anigo, expliquant que «ça n’aurait pas de sens de mettre trois entraîneurs sur le banc durant la même saison». José Anigo avait finalement quitté le banc phocéen à la fin de la saison, et Marcelo Bielsa l’y avait remplacé.

Une saison de nuls et de défaites

Cette saison, les responsables marseillais ont longtemps rechigné à se séparer de l’Espagnol. Après la défaite face à Bastia, le 3 avril, une réunion de crise avait finalement conforté Michel à son poste d’entraîneur, comme l’indiquait la propriétaire du club, Margarita Louis-Dreyfus:

«En ce qui concerne le court terme, je suis rassurée par le professionnalisme et la volonté de Michel de mener à bien cette fin de saison, avec toute sa force et son énergie.»

Mais les deux derniers matchs (nul contre Bordeaux et défaite à Monaco) ont fini par changer la donne. Il faut dire que, sous Michel, Marseille ne s’est imposé qu’à deux reprises dans son stade en championnat. Cela ne s’est plus produit depuis un match contre Bastia, le 13 septembre 2015. Toutes compétitions confondues, la dernière victoire à domicile remonte à un seizième de finale de coupe de France, contre Montpellier, en janvier 2016.

Par ailleurs, en championnat, Marseille n’a plus gagné depuis le 2 février et un autre match à Montpellier (1-0). Depuis, le club phocéen a enchaîné dix matchs sans la moindre victoire (six nuls et quatre défaites), est passé de la huitième à la quinzième place et ne compte plus que six points d’avance sur le premier relégable.

L’OM peut malgré tout encore sauver sa saison avec la coupe de France. Les Marseillais affronteront Sochaux, ce 20 avril, en demi-finale. L’occasion pour Franck Passi et Basile Boli de faire leurs preuves une première fois et de tourner définitivement la page Michel.

Slate.fr

Newsletters

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Foot, natation, danse ou musique?

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Alors que le club occitan joue son maintien en Ligue 1, un dernier carré de supporters tente de résister aux résultats décevants.

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les soirs de victoire, l’Olympique de Marseille, qui dispute ce mercredi 16 mai la finale de la Ligue Europa, met le feu à toute une ville. Mais pour les journalistes, souvent fans de l'équipe phocéenne, certaines limites professionnelles s'imposent.

Newsletters