Sciences

Les singes ont aussi leurs «sages-femmes» pour aider lors des accouchements

Temps de lecture : 2 min

Un comportement qui rapproche un peu plus l’homme et les singes.

Un rhinopithèque de Roxellane | 	Jack Hynes via Wikimédia CC License by
Un rhinopithèque de Roxellane | Jack Hynes via Wikimédia CC License by

Le rhinopithèque de Roxellane (ou Rhinopithecus roxellana pour les intimes), en plus d’être l’un des singes les plus mignons du monde, peut aujourd’hui se targuer d’un comportement exemplaire: l’un des spécimens de son espèce a aidé l’une de ses congénères à accoucher en plein jour, dans les montnages chinoises de Qinling.

L’on pensait jusque-là que les singes donnaient naissance seuls en pleine nuit, afin d’éviter tout risque de rencontre avec un prédateur. Mais comme l’explique la BBC sur son site, le singe avait une «sage-femme», une autre femelle qui était là pour l’assister pendant son accouchement. «Quand la femelle enceinte a montré les premiers signes d’agitation, son aide est vite venue vers elle pour la préparer, écrit le site. Peu après, ses contractions étaient clairement visibles. La sage-femme est restée proche.» Encore plus incroyable, lorsque la tête du bébé a commencé à émerger, l’aide a aidé la mère à faciliter la sortie de son enfant. Après les quatre minutes et dix secondes qu’on duré l’accouchement, «la sage-femme a accompagné la mère, et a été autorisée à tenir et à lécher le nouveau-né une fois que la mère l’avait d’abord nourri et léché.»

Bao-Guo Li, chercheur à l’université de Xi’an en Chine et auteur d’une étude sur cette observation exceptionnelle, publiée dans le journal Primate, assure que «l’assistance directe d’autres d’individus durant la naissance n’est pas quelque chose de commun chez les primates vivant dans la nature».

Les observations de ce genre sont rares, mais elles existent

Mais est-ce si rare qu’un singe en aide un autre lors d’accouchement? Pas vraiment, puisqu’en 2014 déjà, le chercheur Meng Yao et son équipe ont décrit, toujours dans la revue Primates, l’accouchement d’une femelle langur avec l’aide d’un autre singe. Cette fois, le soutien est intervenu une fois la tête et les épaules du bébé visible. «Ce comportement était totalement inattendu, avait expliqué Meng Yao à l’époque à la BBC. La mère a immédiatement accepté [l’aide] et n’a pas montré de signes de résistance.»

En 2013, d’autres chercheurs avaient aussi observé ce comportement exceptionnel, là encore avec des rhinopithèques de Chine. New Scientist rapportait qu’un scientifique a pu assister, en fin de matinée, à ce phénomène. «Au bout de dix minutes [la mère] a commencé a crié, et une autre femelle a grimpé sur l’arbre. C’était une mère expérimentée, et elle s’est assise à côté de la femme enceinte alors que la tête de l’enfant apparaissait. Une fois la tête pleinement exposée, la “sage-femme” a tiré le bébé avec ses deux mains et a déchiré le sac amniotique.» Mais à l’époque, l’observation n’avait pas pu être aussi bien documentée que celle d’aujourd’hui.

Ce qui est intéressant dans ces études, c’est la perception que l’homme en retire. On rattache les singes aux hommes alors qu’il faudrait peut-être aborder la question différemment. Parce que ces accouchements surviennent la nuit, l’observation est difficile, et il est extrêmement rare que l’on voit ces fameuses «sages-femmes». Mais cela ne veut pas dire qu’elles n’existent pas. Ces nouvelles informations pousseront sûrement d’autres chercheurs à s’y intéresser, et peut-être découvrir que l’homme imite bien plus le singe qu’on ne pensait déjà.

Slate.fr

Newsletters

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Elles manquent toujours à l'appel dans la recherche cardiovasculaire, par exemple.

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Nous sommes les moins nombreux, mais les plus gênants.

«Je jalouse un peu mes amies qui jouissent sans problème en cinq minutes chrono»

«Je jalouse un peu mes amies qui jouissent sans problème en cinq minutes chrono»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Sandra, une trentenaire qui arrive à jouir seule, mais pas avec ses partenaires.

Newsletters