Culture

A Philadelphie, une résidence artistique dans une décharge d'ordures

Temps de lecture : 2 min

Photo: Mike Persico.
Photo: Mike Persico.

Depuis 2014 à Philadelphie, une décharge spécialisée dans le recyclage propose à plusieurs artistes de travailler sur place en utilisant les déchets pour leurs oeuvres. Chaque année, le Recycled Artist in Residency (RAIR) donne à huit artistes en résidence un studio de travail, ainsi qu'un accès libre à tout ce qui se trouve dans la décharge: papier, métal, plastique, pianos ou vieux tableaux, rapporte le Wall Street Journal.

En ce moment l'artiste Martha McDonald travaille à un projet de performance sur la mémoire pour lequel elle utilise des centaines de photos, lettres et vêtements qu'elle a retrouvées dans les piles de détritus. L'oeuvre sera présentée en juin dans la décharge, qui sert occasionnellement d'espace culturel: on peut y voir des films, des expositions, ainsi que d'étranges concours de construction et destruction de forts en cartons.

Tout a commencé lorsque Billy Dufala, un artiste local, s'est mis à traîner dans la décharge pour trouver des matériaux. Avec une amie étudiante en design, Dufala a convaincu le jeune propriétaire de la décharge de créer une résidence artistique sur le modèle de Recology, un programme similaire qui existe à San Francisco depuis 1990.

La décharge, qui reçoit jusqu'à 450 tonnes de matériaux par jours et en revend certains, donne une partie de ses profits pour financer la programmation artistique (jusqu'à soixante mille dollars par an), et le reste vient de fondations.

Parmi les oeuvres créés en utilisant les matériaux à recycler, il y a déjà eu un décor de théâtre pour une pièce jouée à Brooklyn, un amphithéâtre en métal compressé et des meubles contemporains.

Slate.fr

Newsletters

«Fahrenheit 451», dystopie un peu cramée

«Fahrenheit 451», dystopie un peu cramée

Un demi-siècle après la sortie du film de François Truffaut, le réalisateur Ramin Bahrani vient de livrer pour HBO une nouvelle adaptation du roman de Ray Bradbury, qui n'a eu besoin que d'être partiellement modernisé.

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

Durant la guerre d'Espagne, Alphonse Laurencic a dessiné des cellules de l'enfer à Barcelone: les «checas».

Une semaine sur un navire militaire aux côtés d'un peintre officiel de la Marine

Une semaine sur un navire militaire aux côtés d'un peintre officiel de la Marine

Éric Bari, peintre officiel de la Marine depuis 2003, nous a emmené en Méditerranée à bord du Cassard, une frégate anti-aérienne accueillant 220 marins.

Newsletters