Culture

A Philadelphie, une résidence artistique dans une décharge d'ordures

Temps de lecture : 2 min

Photo: Mike Persico.
Photo: Mike Persico.

Depuis 2014 à Philadelphie, une décharge spécialisée dans le recyclage propose à plusieurs artistes de travailler sur place en utilisant les déchets pour leurs oeuvres. Chaque année, le Recycled Artist in Residency (RAIR) donne à huit artistes en résidence un studio de travail, ainsi qu'un accès libre à tout ce qui se trouve dans la décharge: papier, métal, plastique, pianos ou vieux tableaux, rapporte le Wall Street Journal.

En ce moment l'artiste Martha McDonald travaille à un projet de performance sur la mémoire pour lequel elle utilise des centaines de photos, lettres et vêtements qu'elle a retrouvées dans les piles de détritus. L'oeuvre sera présentée en juin dans la décharge, qui sert occasionnellement d'espace culturel: on peut y voir des films, des expositions, ainsi que d'étranges concours de construction et destruction de forts en cartons.

Tout a commencé lorsque Billy Dufala, un artiste local, s'est mis à traîner dans la décharge pour trouver des matériaux. Avec une amie étudiante en design, Dufala a convaincu le jeune propriétaire de la décharge de créer une résidence artistique sur le modèle de Recology, un programme similaire qui existe à San Francisco depuis 1990.

La décharge, qui reçoit jusqu'à 450 tonnes de matériaux par jours et en revend certains, donne une partie de ses profits pour financer la programmation artistique (jusqu'à soixante mille dollars par an), et le reste vient de fondations.

Parmi les oeuvres créés en utilisant les matériaux à recycler, il y a déjà eu un décor de théâtre pour une pièce jouée à Brooklyn, un amphithéâtre en métal compressé et des meubles contemporains.

Slate.fr

Newsletters

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

Le film d’Elia Suleiman conclut en beauté une sélection globalement de très bon niveau. L’occasion de revenir aussi sur quelques outsiders marquants, sans oublier les inquiétudes à propos d’un système français menacé de fragilisation.

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

«Mektoub My Love: Intermezzo» pousse à l'extrême ce phénomène auquel nous sommes déjà soumis·es constamment, que ce soit au cinéma, à la télé ou dans les pubs.

«Le Traître» dans la nuit de Cosa Nostra, et la pénible expérience «Mektoub»

«Le Traître» dans la nuit de Cosa Nostra, et la pénible expérience «Mektoub»

Le film de Marco Bellocchio reconstitue un épisode décisif de la lutte contre la Mafia, tandis qu'Abdellatif Kechiche plonge le public dans une interminable boucle bruyante et comateuse.

Newsletters