Histoire

Cléopâtre avait un vibromasseur en papyrus rempli d'abeilles

Repéré par Charlotte Pudlowski, mis à jour le 15.04.2016 à 15 h 49

Repéré sur Twitter, Next, Europe1

Cléopâtre, par Vasily Alexandrovich Kotarbinsky,  via Wikimedia, License CC

Cléopâtre, par Vasily Alexandrovich Kotarbinsky, via Wikimedia, License CC

Si vous avez vu passer ce tweet...

...vous vous êtes peut-être dit: «hein??»

L'émission de France5 n'est pas encore disponible en ligne, mais plusieurs articles ont été consacrés au sujet ces derniers jours. Car l'anthropologue et psychiatre Philippe Brenot, directeur des enseignements de sexologie à l’université Paris-Descartes, a publié avec l'auteure de BD Laëtitia Coryn une BD intitulée Sex Story. Interrogés par plusieurs médias à l'occasion de la sortie de ce livre, les auteurs rappellent cette anecdote: Cléopâtre avait effectivement un vibromasseur en papyrus, nourri d'abeilles bourdonnantes, qu'elle glissait, courageusement, entre ses jambes. 

Cette anecdote refait régulièrement surface lorsque l'on évoque l'Histoire des sextoys ou de la sexualité en générale. Néon le mentionnait par exemple dans un article en 2015, proposant ce résumé efficace: 

Tout commence il y a 32.000 ans avec le premier godemiché de l’histoire, fabriqué en siltstone, une roche sédimentaire. Un jouet sexuel qui servait également d’outil pour tailler dans le silex. Ou comment joindre l’utile à l’agréable. Vient ensuite l’époque de Cléopâtre qui, débordante d’imagination et avide de jouissance, prend son pied avec une boîte en papyrus pleine d’abeilles vivantes. Pourquoi pas… Aux 18ème et 19ème siècles, les marins français et espagnols commencent à emmener avec eux des manchons en caoutchouc, qu’ils surnomment les "femmes du voyage". On comprend facilement pourquoi! C’est en 1860 que le premier vibro-masseur à vapeur apparaît, dans le but de soigner une frustration sexuelle, appelée "hystérie" à l’époque. Et c’est enfin 10 ans plus tard que le sextoy à piles débarque enfin. 

Nous évoquions aussi cette anecdote égyptienne sur Slate, à l'occasion d'un article sur cette vidéo, montrant un sextoy du XVIIIe siècle:

 

Néanmoins, peu d'informations fiables subsistent sur la dernière reine d’Egypte, comme nous l'expliquions dans un article de 2011: «malgré son statut de chef d’Etat et son immense fortune (l’une des toutes premières du bassin méditerranéen), les traces de son passage sur terre sont à peine plus nombreuses que celles du charpentier de Nazareth». Sa réputation de séductrice sulfureuse voire concupiscente n'en demeure pas moins: «avec Cléopâtre, on a affaire à une figure féminine d’autorité, une reine réellement puissante, que la postérité reconstruit en séductrice castratrice, éminemment dangereuse».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte