Science & santé

Un guide pour lutter au quotidien contre Alzheimer (avec humour)

Repéré par Valentin Etancelin, mis à jour le 14.04.2016 à 13 h 29

Repéré sur The Washington Post, The Artery

Un journaliste américain, victime de la maladie, raconte son quotidien pour aider à la recherche dans le domaine.

Untitled | elaine faith via Flickr CC License By

Untitled | elaine faith via Flickr CC License By

Quatrième cause de mortalité en France, la maladie d’Alzheimer touche environ trente-cinq millions de personnes à travers le monde. Greg O’Brien, un journaliste américain, a été diagnostiqué à l'âge de 59 ans, en 2009. Pour lutter contre la maladie et participer à la recherche dans le domaine, il a publié en 2014 On Pluto: inside the mind of Alzheimer’s, un livre qui raconte son quotidien, qu’il continue d'enrichir quotidiennement en vue d'un second.

«Ma vie est devenue une course pour la survie contre la maladie d'Alzheimer, et je ne suis pas le seul», a-t-il déclaré au Washington Post. Son livre, d'environ 1000 pages, est un véritable plan pour lutter contre la maladie. Plein d'humour, il se veut un soutien réconfortant pour les autres malades.

Comment entretenir sa mémoire? Quelles astuces pour se retrouver dans tout ce qui nous entoure? «Un jour je me suis rincé la bouche avec un liquide alcoolisé. Depuis, j’étiquette chaque produit pour bien les identifier», raconte-t-il dans la vidéo ci-dessous, réalisée par le centre de recherche américain Howard Hughes Medical Institue. Greg O’Brien y va de ses conseils pour aider les autres à s’en sortir. 

 

«Aucune chance de réconciliation»

Rapport à la mort, angoisses au réveil et situations de stress. Le journaliste n’y va pas avec le dos de la cuillère. «Mon esprit était mon meilleur ami, mais maintenant je ne vois aucune chance de réconciliation.» Au-delà des conseils que son travail offre au lecteur, il veut alerter les consciences et apporter des informations sur la maladie. Alzheimer ne touche pas que les personnes âgées, par exemple. Il renseigne sur l’évolution de son état dans l’espoir qu’un jour la recherche dans le domaine puisse trouver un moyen de guérison durable. 

O'Brien estime qu'il lui reste encore trois ou quatre ans. Ce qu’il craint aujourd’hui, c’est de se lever un matin et de ne plus être en mesure de taper sur son clavier. «Je me bats pour ma famille, mais aussi pour moi. Je veux encore être de ce monde quelques années pour continuer d'écrire.» 

L'an passé, le film Still Alice, qui a valu à Julianne Moore l'Oscar de la meilleure actrice, tentait déjà de sensibiliser le public sur cette question.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte