Tech & internet

Pour paraître sincère sur internet, attention à l'abus d'emojis

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 14.04.2016 à 10 h 58

Repéré sur The Conversation, Computers in human behavior

Un abus de sourires à la fin d’un message a beaucoup plus de sens que l’on pense.

Montage Slate.fr

Montage Slate.fr

Plus besoin de le démontrer: les emojis apparaissent bien souvent comme un complément indispensable aux mots dans les messages que l’on s’échange. Un sourire à la fin d’un texto permet de signifier au destinataire que notre propos est moins dur ou froid que l’on pourrait croire. Ou à l’inverse, un emoji triste accentue la volonté de montrer sa déception. Mais il est impossible de savoir précisément quel image donne chaque personne à ses emojis, ni celle que les destinataires perçoivent. 

Pour en savoir plus, trois chercheuses en psychologie de Edge Hill University et de l’Australian Catholic University ont décidé de comprendre comment l’usage de tel ou tel emoji influe sur l’image que vous renvoyez. Dans leur étude intitulée «Une exploration des facteurs psychologique sur l’usage des émoticônes et les implications sur la précision du jugement», Linda Kaye, Helen Wall et Stephanie Malone ont découvert que les personnes s’estimant gentilles ont plus tendance à utiliser des emojis, mais également que les personnes peu soucieuses de l’image renvoyée sont plus à même d’utiliser des emojis tristes. 

Vouloir donner une bonne image de soi passe par un abus d'emojis joyeux

Sur Facebook, où les conversations et les échanges sont parfois complexes, comme dans les commentaires, l’usage des émoticônes et des emojis permet d’alléger le sens d’un texte, de le rendre moins dur ou direct. «Il semble que les personnes qui se voient comme étant agréables sont stimulées dans ces environnements virtuels et essayent de transmettre cette partie de leur personnalité via les émoticônes», écrivent les trois chercheuses. 

En réalité, elles se soucient avant tout de l’image qu’elles renvoient en ligne. À l’inverse, ceux qui ne se soucient pas de leur image ont moins de difficultés pour exprimer des émotions comme la tristesse. «Un visage triste dans un message peut indiquer que vous êtes plus soucieux de l’expression de vos sentiments que de la façon dont les gens vous jugent», ajoutent-elles. 

Sur le site The Conversation, elles expliquent avoir demandé à des étudiants de remplir plusieurs questionnaires sur leur perception de leur personnalité, l’estime qu’ils ont d’eux, leur anxiété ou encore l’importance qu’ils accordent à l’image qu’ils renvoient. Une autre partie de l’étude a consisté à fouiller sur leur profil Facebook et dans leurs messages pour comptabiliser et catégoriser les différents emojis utilisés. 

Déformation de personnalité

Afin d’en apprendre justement plus sur la perception que les autres ont de nous, les auteures ont demandé à d’autres étudiants de juger les profiles du premier groupe. Et si les personnes utilisant beaucoup d’emojis positifs sont perçues comme étant les plus «enthousiastes» en ligne, cela ne correspond pas forcément à la façon dont elles se perçoivent elles-mêmes. «Alors que les émoticônes souriantes rendent les gens agréables et consciencieuses, cela ne correspond pas vraiment à leur personnalité dans le vrai monde.»

Cette étude est très intéressante car elle montre le biais provoqué par l’usage massif des emojis. Les personnes voulant renvoyer une bonne image peuvent devenir moins sincères en abusant d’emojis souriants pour améliorer la perception que l’on a d’eux. Lors de vos conversations en ligne, il est donc conseillé de faire attention aux emojis que vous utilisez, mais aussi de savoir prendre du recul vis-à-vis de ceux qui en abusent.  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte