Monde

Il y a plus de tigres chez des particuliers aux États-Unis que de tigres sauvages dans le monde

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 13.04.2016 à 9 h 24

Repéré sur Foreign Policy

Bonne nouvelle tout de même, le nombre de tigres sauvages a enfin augmenté.

Un Tigre domestiqué, mais dans un zoo | Rene Schwietzke via Flickr CC License by

Un Tigre domestiqué, mais dans un zoo | Rene Schwietzke via Flickr CC License by

L’organisation de protection de la nature WWF vient d’annoncer que, pour la première fois après un siècle de déclin, la population mondiale de tigres vivant à l’état sauvage est en augmentation. Environ 3.890 tigres vivent désormais dans leur espace naturel (les forêts d’Asie et de Russie) contre 3.200 en 2010. 

Mais, comme le rappelle Foreign Policy, il y a aussi une mauvaise nouvelle: aux États-Unis, au moins 5.000 tigres domestiques vivent actuellement dans des jardins, maisons et appartements privés. Seuls 350 vivent dans des zoos. Depuis 1990 aux États-Unis, des félins «domestiques» (tigres, mais aussi léopards et lions) ont tué 23 personnes et blessé 259, selon l’organisation Big Cat Rescue.

Comme l’explique Gavin Shire, un porte-parole de l’agence fédérale américaine de gestion de la faune, les propriétaires de fauves ne sont pas obligés de les déclarer (sauf s’ils veulent les vendre) et le nombre de tigres vivant en captivité dans le pays est donc probablement plus proche de 10.000.

Le tigre de Harlem

Dans six États américains –la Caroline du Nord et du Sud, le Wisconsin, le Nevada, l’Alabama et la Virginie occidentale–, il n’y a aucune régulation concernant la possession de fauves. Dans quatorze États, un permis est nécessaire et, dans trente, ces animaux sont interdits.

C’est notamment le cas à New York. Pourtant en 2003, un tigre vivant dans un appartement du quartier de Harlem avait fait la une des journaux. Il avait apparemment vécu dans ce logement pendant plus de deux ans, durant lesquels de nombreux voisins étaient au courant de sa présence. Certains s’étaient tout de même plaints d’une forte odeur d’urine et le tigre avait fini par blesser son propriétaire. Après une intervention de la police, le tigre avait été transféré dans sanctuaire animalier de l’Ohio.

«Il s’agit de gens qui adorent les fauves et se prennent d’affection pour un bébé qui devient vite sauvage, et la situation est alors incontrôlable, expliquait au New York Times une représentante de l’organisation International Fund for Animal Welfare. Les animaux sont souvent abandonnés ou gardés dans des conditions déplorables et dangereuses.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte