Culture

Le renseignement britannique a tenté d'éviter les fuites d'«Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé»

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 11.04.2016 à 12 h 15

Repéré sur ABC, The Sunday Times, BBC

Le GCHQ ne veut pas parler de sa «défense contre les forces du mal».

Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé | Gallimard

Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé | Gallimard

Peu de livres ont été autant attendus qu’Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé, sorti en 2005. Tellement attendu que le 6 avril 2016 Nigel Newton, le fondateur de Bloomsbury, l’éditeur d’Harry Potter en anglais, a raconté à la radio australienne ABC que les services de renseignement britanniques, le GCHQ, l’avaient contacté pour éviter toute fuite:

«Heureusement pour nous, nous avions de nombreux alliés. Je me souviens que le GCHQ m’a appelé pour me dire qu’ils avaient détecté des exemplaires du livre publiés en avance sur internet. Je leur ai demandé de lire une page à notre éditrice, et elle nous a indiqués que c’était un faux. [...] Ce sont des mecs bien.» 

Interrogé par le Sunday Times, le GCHQ s’est contenté d’une seule phrase assez drôle:

«Nous ne parlons pas de notre défense contre les forces du mal.»

Agents de sécurité

Nigel Newton avait par ailleurs expliqué que cette période était assez folle et qu’ils se trouvaient «dans l’œil du cyclone»:

«Je me souviens que Jo Rowling m’avait appelé une fois, après qu’elle nous avait envoyé un nouveau livre, et m’avait dit: “Nigel, est-ce que tu veux bien divulguer le titre du livre? Parce qu’il y a des gens dehors qui fouillent ma poubelle, à la recherche de bouts de papier.”»

Le Sunday Times rappelle également qu’un agent de sécurité avait tenté (sans succès) de vendre deux exemplaires du livre qu’il avait volés à des journaux. Comme l’explique Nigel Newton dans son interview à ABC, la maison d’édition avait décidé de protéger les exemplaires en cours d’impression de voleurs, en augmentant ses mesures de sécurité et en engageant notamment des agents:

«Nous avions des agents de sécurité imposants, ce qui était probablement une erreur. C’est l’un de ces agents qui a volé un exemplaire endommagé qui se trouvait dans une cage qu’il était censé protéger. Le jour suivant, il avait essayé de faire monter les enchères entre le Sun et le Daily Mirror. C’était trois semaines avant la publication du livre.»

Comme le rappelle la BBC, Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé était particulièrement attendu, «après que JK Rowling avait laissé entendre qu’un personnage majeur allait être tué».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte